À l’heure où l’on tente de réduire le taux de criminalité sur Terre, les autorités viennent de se rendre compte que la loi est enfreinte même à des milliers de kilomètres au-dessus de nos têtes.

Cela s’est passé en août dernier, à bord de la Station spatiale internationale (ISS) où a été commis le premier crime dans l’espace. 

En effet, l’astronaute de la NASA Anne McClaine a été accusée par son ex-conjointe, Summer Worden, d’avoir consulté son compte bancaire personnel à partir d’un ordinateur affilié à la NASA à bord de la SSI.

Publicité

Suite à cela, le Bureau de l’inspecteur général de la NASA a ouvert une enquête pour en savoir plus sur cette prétendue violation spatiale de la vie privée.

Il est vrai que McClaine n’a pas nié avoir eu accès au compte bancaire de son ex-femme ni l’utilisation ultérieure du mot de passe, depuis la Terre, mais elle affirme que cela était pour s’assurer qu’il y avait assez d’argent pour subvenir aux besoins de leur fils. L’astronaute rejette, néanmoins, toute accusation d’acte répréhensible.

Selon ses déclarations sur Tweeter, elle et Worden (ayant demandé le divorce après quatre ans de mariage en 2018) vivaient une séparation douloureuse qui faisait déjà le tour des médias.

Publicité
L’astronaute Anne McClaine / © NASA

Si McClaine a démenti toutes ces affirmations diffamatoires, la NASA n’a, quant à elle, fait aucun commentaire sur ces allégations, si ce n’est de saluer la carrière de sa cosmonaute.

Dans un communiqué à Space.com, les responsables de la NASA ont effectivement parlé du professionnalisme exemplaire de la lieutenante-colonelle Anne McClaine et de ses missions de combat effectuées en Irak, pour exprimer leur respect envers le travail qu’elle a fait sur son dernier voyage à bord de la Station spatiale internationale.

Évidemment, on pourrait se demander ce qui se passerait si McClaine était reconnue coupable. Et bien, les nations fondatrices de l’ISS ont établi un cadre juridique : tout crime commis par un astronaute américain à l’aide d’un ordinateur de la NASA sera désormais poursuivi par les autorités américaines compétentes sur Terre.

Publicité

Nous pouvons dire que les membres créateurs de l’ISS ont pensé aux cas les plus inattendus, mais ont-ils vraiment tout prévu ? Seul l’avenir nous le dira.

L’article a été modifié le 10/01/2020, pour préciser que c’était l’ex-femme et pas le mari de Anne McClaine.

Publicité

Partagez l'article

>