Sudan est le dernier Rhinocéros blanc ‘’mâle’’ du Nord, et il est âgé de 45 ans. Il a beaucoup fait parler de lui, notamment lorsque Tinder l’a élu “célibataire le plus éligible au monde”, et lorsqu’il a été mis sous garde armée afin de le protéger du braconnage.

Publicité

Cependant, Sudan est gravement malade, et cette nouvelle aura un impact considérable sur la survie de l’espèce, car s’il meurt, celle-ci s’éteindra.

Une espèce déclarée éteinte

Au sein de la réserve naturelle de Ol Pejeta au Kenya se trouvent les trois derniers Rhinocéros blancs du Nord au monde : Fatu et Najin, deux femelles, ainsi que Sudan, le seul et unique mâle restant.

L’espèce est en effet déclarée comme étant éteinte, vu que les derniers représentants sont en captivité et non dans la nature. Et s’il en reste aussi peu, c’est bien à cause du braconnage.

Selon des croyances asiatiques, les cornes de rhinocéros auraient des propriétés curatives, si bien que le commerce de ces dernières soit devenu plus lucratif que celui de la drogue. D’ailleurs, l’association Save the rhino, considèrent que toutes les espèces de rhinocéros sont en danger.

Et si le nombre de trois est déjà effrayant, il peut passer à zéro d’un instant à l’autre. En effet, l’âge moyen d’un rhinocéros blanc du Nord est de 30 à 40 ans, et Sudan bat déjà un record de par son âge. Mais il se trouve que ces animaux développent des infections en vieillissant, et ce dernier n’y a malheureusement pas échappé.

Déjà soigné l’année dernière pour une infection à sa patte arrière droite, en janvier, il semblait bien se porter jusqu’à la rechute et pour cause, la présence d’une seconde infection qui cette fois, ne répond pas au traitement.

Elodie A. Sampere, porte-parole de Ol Pejeta, a déclaré que l’euthanasie était évidemment envisagée afin de ne pas faire souffrir l’animal inutilement. Pour le moment, il continue de se nourrir et de se promener, quoique très peu.

Gillieandmarcart

La fertilisation in vitro, dernier espoir pour sauver l’espèce

La conservation de l’espèce reste problématique, du fait que Sudan possède un faible nombre de spermatozoïdes, mais aussi que les genoux de Najin sont trop faibles pour supporter un accouplement et que Fatu est fertile.

Dans la lutte contre l’extinction de l’espèce, les chercheurs sont en train d’étudier la possibilité de la fertilisation in vitro d’ovules et de spermatozoïdes de Sudan lui-même, ainsi que d’autres Rhinocéros blancs du Nord récemment décédés.

Ils tentent en effet d’obtenir un embryon dont la “mère porteuse” serait un Rhinocéros blanc du sud, créant ainsi une espèce hybride.

Les braconniers restent la menace principale qui pèse sur la survie de l’espèce et ce, malgré l’illégalité du braconnage. Il est donc nécessaire, avant tout, de cesser cette pratique afin de conserver cette espèce ainsi que bien d’autres.

OhChouette! © 2018. Tous droits réservés, sauf mention contraire.

Illustration: MAKE IT KENYA PHOTO / STUART PRICE. Public domain


Partagez l'article

>