Le sifflet aztèque fait l’un des sons les plus terrifiants que vous allez entendre


Le sifflet aztèque fait l'un des sons les plus terrifiants que vous allez entendre - insolite, histoire - Squelette, Son (physique), Sifflet, psychologie, Objet, Mexique, Instrument de musique, Instrument à vent, Instrument, guerre, Ehecatl, Divinité, Aztèques, Argile
Public Domain, Pexels

C’est à la suite de fouilles archéologiques dans un ancien temple aztèque à Tlatelolco, au Mexique, que les chercheurs ont fait une découverte surprenante durant l’année 1999 : un squelette vieux de 500 ans enterré avec un sifflet dans une main, et un petit crâne en argile dans l’autre. En s’y intéressant de plus près, l’équipe d’archéologues s’est rendu compte qu’il s’agissait également d’un sifflet.

La question qui s’est posée était donc de savoir pourquoi est-ce que celui-ci était si spécial de par sa forme : loin de celui que nous connaissons tous, ce sifflet aztèque en question, aussi appelé « sifflet de la mort » émet un son particulièrement effrayant, aussi effrayant que ce à quoi il servait…

Un instrument hors du commun

En voulant inspecter ce tout petit instrument qui n’avait encore jamais été découvert à l’intérieur d’une tombe auparavant, les archéologues ont inévitablement tenté de souffler dedans : tandis qu’ils s’attendaient à un banal son de sifflet, le bruit qui en est sorti ressemblait en tous points à des cris d’humains à l’agonie.

À ce propos, le Docteur Arnd Adje Both, archéologue allemand spécialisé dans les cultures musicales d’Amérique Centrale, explique : « Il existe différents flux d’air générés dans la structure de ces instruments, qui se heurtent ensuite de manière diamétralement opposée. C’est ainsi que les Aztèques ont pu produire un son très aigu et bruyant. »

Mais au-delà de son apparence et des sonorités terrifiantes qu’il produit, se cache un destin sordide : le squelette humain retrouvé avec n’était autre qu’un jeune homme d’une vingtaine d’années, sacrifié en l’honneur du dieu de la pluie, Ehecatl.

Si cela parait aberrant à notre époque, il faut savoir que dans la culture aztèque, le sacrifice humain était considéré comme une offrande, un cadeau pour que les dieux mettent fin à des catastrophes telles que les famines, les inondations, les très fortes chaleurs ou encore les tremblements de terre.

Cependant, à l’heure actuelle, l’utilité exacte de ce sifflet reste encore inconnue, bien que de nombreuses théories aient été avancées.

Un mystère non résolu

Si quelques sifflets aztèques en forme de crânes avaient déjà été retrouvés en Amérique Centrale, aucun d’entre eux n’avait été trouvé avec un corps : longtemps considérés comme des jouets, cette découverte vient remettre en question son rôle premier.

De ce fait, une partie de la communauté scientifique pense qu’il pourrait s’agir d’un instrument utilisé juste avant la décapitation pour annoncer aux dieux et aux habitants qu’un sacrifice allait avoir lieu, mais aussi pour servir de guide à l’âme du futur défunt amené à rejoindre les cieux.

Une deuxième partie estime que ces sifflets étaient utilisés par les guerriers lors de batailles pour faire peur et intimider l’ennemi : sachant qu’un seul sifflet de ce type donne l’impression d’entendre crier des dizaines d’humains, en utiliser plusieurs à la fois serait utile pour dissuader les adversaires de s’en prendre à eux.

Enfin, certains imaginent une tout autre version, un peu plus pacifique : ce dernier aurait peut-être été utilisé à des fins médicales, pour guérir les Aztèques de certaines maladies ou de prétendues possessions démoniaques.

Quoi qu’il en soit et peu importe ce à quoi il était destiné, ce sifflet reste l’un des instruments à vent les plus effroyables qu’il nous ait été donné de rencontrer…