L’avion est un moyen de transport dit parmi les plus sûrs au monde, car, les chances de mourir dans un accident d’avion seraient de 1 sur 4.7 millions.

Cependant, les crashs d’avions peuvent être particulièrement meurtriers, d’autant plus qu’il n’existe presque aucun moyen de se sauver s’il perd de l’altitude en plein vol.

Certaines études ont démontré que certains sièges dans l’avion peuvent être plus sécurisés que les autres, et ce ne sont pas toujours ceux auxquels on pense.

Choisir sa place pour plus de sécurité

On prend souvent la peine de choisir sa place à bord d’un vol, afin d’être totalement à l’aise lors de son voyage, entre sièges côté hublot ou côté couloir. Le choix peut aussi se faire suivant ses moyens, entre la classe affaires ou bien se contenter de la classe économique .

Cependant, les plus anxieux et phobiques cherchent la place qui sera la plus sûre en cas de problème majeur, afin d’augmenter leurs chances de survie.

Une étude faite par Popular Mechanics and et citée par The Huffington Post, affirme que les 15% des sièges à l’avant de l’avion ont un taux de survie de 49%, ceux à côté de l’aile 56%. Donc plus on recule vers l’arrière de l’avion, et plus les chances de survie augmentent.

Une seconde analyse a été faite par Time magazine cette fois-ci en 2015, en se basant sur les données de Federal Aviation Administration, et les résultats n’étaient pas loins de la première étude. L’analyse a trouvé que les sièges à l’arrière de l’avion avaient un taux de mortalité plus bas (32%) que les sièges à côté des ailes (39%) ou ceux à l’avant de l’avion (38%).

Afin d’avoir toujours plus de précisions sur ce sujet, la chaîne Channel 4 a même fait une simulation grandeur nature lors d’un documentaire intitulé “The crash”. Un Boeing 727 rempli de mannequins de crash-test s’est écrasé dans le désert du Sonora au Mexique.

Les conclusions ont montré que les 11 premières rangées y compris la classe affaires, ont été gravement atteintes lors de l’accident avec une force de 12G, mais pour les sièges du fond, on retombe de près de la moitié de la force, soit 6G. Théoriquement, aucun passager de l’avant de l’appareil n’a pu survivre, mais 78% du reste de l’appareil ont pu s’en sortir.

Illustration par Gil Ahn. Diagram Courtesie de seatguru.com

Une théorie qui dérange

Les conclusions de ces études, qui, certes, restent limitées et rares, ont quand même fait considérablement baisser les réservations en classe affaires sur de nombreux vols.

Les grands fabricants d’avions n’ont pas attendu pour réagir à ces études, en déclarant que les preuves ne sont toujours pas concluantes.

Le porte-parole de Boeing a d’ailleurs déclaré que tous les sièges d’un avion étaient sûrs, à mesure qu’on est assis et attaché surtout lors des turbulences.

Airbus aussi n’a pas hésité à déclarer que l’avion le plus sûr est celui qui ne tombe pas en panne et est bien entretenu, sans oublier de mettre en avant les prouesses techniques en matière d’évacuations d’urgence sur les avions de la marque.

Donc pour mieux résumer la situation, mais surtout donner une idée pour les phobiques de l’avion, afin d’être assis en parfaite sécurité dans un avion, rien de mieux que de se mettre à l’arrière de l’avion côté hublot, de rester assis, la ceinture bien bouclée, et de s’assurer d’être le plus près possible d’une issue de secours.


Partagez l'article

>