Dans un souci de protéger l’environnement des émissions de CO2, le fabricant des fromages « la Vache qui rit, Kiri, Babybel et Boursin » a décidé de se lancer dans les produits sans lait. Le groupe Bel a en effet annoncé qu’il se passerait désormais des protéines animales, connues pour être des émettrices invétérées de gaz à effet de serre, pour être plus en phase avec la nature.

Publicité

Si on en croit le PDG Antoine Fiévet, on doit s’attendre à voir plus de gammes végétales envahir bientôt le marché. Il est notamment question d’utiliser des matières grasses provenant de la noix de coco et du colza dans la fabrication du nouveau Boursin qui sera disponible sur la plateforme Amazone Fresh, d’ici la fin du mois aux États-Unis.

La Directrice générale adjointe du groupe, Cécile Béliot, a déclaré que la prochaine étape serait l’ensemble des grossistes américains, mais que la France n’était pas encore au programme. Il faudra patienter jusqu’à l’an prochain pour goûter le Mini Babybel Végétal, mais en attendant, une nouvelle marque internationale conçue dans le même esprit sera probablement lancée dans cet intervalle.

Public Domain/Pikrepo
Contenu sponsorisé

Fiévet a néanmoins clairement établi que cela ne se fera certainement pas au détriment des fromages laitiers. Et que les deux types de produits peuvent très bien cohabiter. Bien entendu, la tendance est plutôt tournée vers le végétal pour ses bienfaits évidents en ce qui concerne les qualités nutritionnelles, mais aussi son impact positif sur la planète. Dans ce sens, Bel tente de créer un certain équilibre dans sa proposition commerciale, qui sera donc à moitié laitière et à moitié végétale.

Publicité

Pour la suite des opérations, aucune déclaration n’a été faite, et il semblerait que le groupe n’ait pas encore défini sa stratégie pour les activités en cours, étant seulement au stade primaire de l’expérience végétale.

Tout ce dont nous soyons sûrs, c’est que Bel projette d’étendre son projet à toute sa principale collection. Cela a de quoi ravir les consommateurs en quête d’aliments plus sûrs et plus nutritifs, loin de la source animale.

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>