L’ail a toujours été l’aliment fétiche qui figure dans la plupart des remèdes de grand-mère, contre la toux, le rhume, ou encore la chute de cheveux. À cet anti-poison de la Rome Antique, on attribue aussi un effet antiseptique, anti-inflammatoire, anticholestérol, antioxydant, antiallergique et même aphrodisiaque.

Publicité

Une étude publiée dans le journal Trends in Pharmacological Sciences, ajoute à cela des propriétés inattendues, l’ail aiderait à réduire le risque de cancer, de maladies cardiovasculaires et de diabète de type 2.

Tout est dans la composition

Le Dr Peter Rose, responsable de l’étude, à l’Université de Nottingham, a expliqué que la variété des composés de l’ail, principalement les composés sulfuriques, lui procurait une telle diversité de vertus. Mais lui et ses collègues ont admis que la meilleure méthode de préparation culinaire de l’ail pour notre organisme demeurait un mystère pour la science. En effet, la manière de le préparer joue un rôle dans l’expression de ses bienfaits dans l’organisme.

Publicité

« Chacune de ces formes préparatives pourrait avoir un effet différent dans les systèmes mammifères. Et c’est ce qui rend cette recherche si complexe, car nous ne comprenons pas vraiment comment ces composés sont métabolisés chez l’homme. » a déclaré Peter Rose.

Ces composés soufrés présents dans les parties comestibles de l’ail, tels que le diallyl trisulfide (DATS), peuvent réguler les taux de molécules de signalisation gazeuses comme l’oxyde nitrique (NO), le sulfure d’hydrogène (H2S) et peut-être le monoxyde de carbone (CO), dans les cellules et les tissus de notre organisme. Ces gaz sont importants dans les processus cellulaires associés au système cardiovasculaire, à l’inflammation et aux fonctions neurologiques.

L’ail noir, une source alternative d’ail, inodore et plus riche en antioxydants que l’ail frais. Pixabay.

Un espoir réel pour certaines maladies

L’ail et les espèces végétales alliées sont de riches sources de composés soufrés. Les principaux rôles de l’ail et de ses composants soufrés comprennent la régulation de l’homéostasie vasculaire et le contrôle des systèmes métaboliques liés au métabolisme des nutriments, ce qui serait en mesure de protéger contre les maladies cardiovasculaires et le diabète de type2.

Publicité

La combinaison des études expérimentales et cliniques mène à conclure que l’ail a un rôle significatif dans l’abaissement de la pression artérielle et approuve son effet fluidifiant sur le sang freinant l’évolution de l’athérosclérose. Il a été trouvé également que l’ail contient de nombreux composés puissants avec des propriétés anticancéreuses notamment les dérivés d’allyl sulfure.

« C’est un domaine où il est possible de trouver des approches qui pourraient réduire le risque de maladies et améliorer la santé humaine, mais tout revient à ces questions fondamentales de ce qui se passe réellement avec ces composés lorsque nous les métabolisons » a affirmé le Dr Rose.

« Il y a tout un spectre de travail humain qui reste à faire pour explorer davantage certains de ces composés de soufre étranges et merveilleux que nous trouvons dans nos régimes. »

Publicité

Pour l’instant, cependant, le responsable de l’étude dit que les gens doivent se rappeler que l’ail n’est pas un « remède magique », bien qu’il y ait des avantages potentiels pour la santé à le consommer.


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>