La situation climatique de la planète est l’une des inquiétudes principales des scientifiques, si bien que le recours à une solution d’extrême urgence devient une nécessité afin d’assurer notre survie et celle des prochaines générations.

Publicité

Un bilan pessimiste

Plus de 200 scientifiques tirent la sonnette d’alarme sur les circonstances environnementales de la Terre qui va inévitablement vers un « effondrement systémique mondial ».
Interrogés par Future Earth, les chercheurs ont énuméré les 5 principaux risques à venir et dont l’impact sera irréversible.

Le changement climatique, la perte de biodiversité, la diminution des sources d’eau douce et de nourriture ou encore les évènements météorologiques extrêmes (ouragans et canicules) méritent une « attention urgente » de la part des universitaires, des chefs d’entreprise et des décideurs politiques.

Publicité
crises environnementales

Ces crises environnementales sont liées et s’influencent mutuellement, sans compter que leurs interactions peuvent être fatales pour l’ensemble de la planète.
Le réchauffement climatique est favorisé par les grosses vagues de chaleur, qui, au fil du temps, entraînent des émissions de gaz à effet de serre.

Aussi, l’augmentation de la température mondiale a été constatée dans plusieurs États d’Europe et en Asie, qui ont connu l’année dernière un mois d’octobre plus chaud que jamais. 

En Australie, le cas est encore plus grave avec le déclenchement d’intenses conflagrations durant lesquelles plus d’un milliard d’animaux ont péri.
D’autre part, le continent arctique fait face à des fontes glaciaires depuis plus de 5 ans, affectant ainsi la faune, les pêcheries et les communautés locales.

Publicité
incendie
Peter Parks / AFP

Les vagues de chaleur sont, entre autres, responsables de l’augmentation des risques d’inondations, de glissements de terrain, d’incendies et de maladies infectieuses et parasitaires.

Les systèmes naturels et agricoles se voient donc incapables d’assurer un équilibre convenable face à ces crises environnementales étant donné la perte considérable de biodiversité.

En outre, l’approvisionnement en nourriture se trouve aussi affecté, et pour cause : les zones à taux d’urbanisation élevé et les pays du tiers-monde sont les premières victimes, surtout en Asie du Sud-Est et en Amérique latine.

Publicité
K. Karthikeyan / Unsplash

Un appel à des solutions d’urgence

De plus, des inégalités profondes font ravage partout dans le monde, creusant de ce fait un écart dans la sécurité alimentaire : en 2020, la sous-nutrition est toujours d’actualité dans les États les plus pauvres, tandis que l’obésité domine ceux qui sont développés.

Et tout cela sans compter que notre planète est bientôt amenée à nourrir 9 milliards d’habitants, à partir de ressources naturelles de plus en plus limitées…

Les bilans actuels étant loin de ce qui est nécessaire pour garder la Terre hospitalière pour notre espèce, les puissances économiques du monde entier sont appelées à s’engager afin de réduire les émissions de carbone et de méthane issues de la combustion des hydrocarbures.

Publicité
pollution
Gavin Schaefer / Wikimedia Commons

Pour ce faire, de nombreux scientifiques ont été sollicités auprès des Institutions afin de penser, mais surtout agir, sur ces dangers.

Dans cette perspective, une réunion importante des Nations Unies devrait se tenir en octobre à Kunming, en Chine, pour tenter de réprimer la destruction des écosystèmes et le déclin de la biodiversité.

Les recherches ont établi que la Terre est au début d’une extinction de masse — le sixième en un demi-milliard d’années — qui pourrait engendrer la disparition d’un million d’espèces durant les siècles à venir.

Publicité

D’après Erik Franklin, Chercheur à l’Institut de Biologie marine de l’Université d’Hawaï, les probabilités sur les crises environnementales ont révélé que certaines régions du globe pourraient bientôt subir les cinq évènements météorologiques décrits plus hauts tous à la fois, allant des vagues de chaleur et des incendies de forêt aux inondations, en passant par des ondes de tempête mortelles.


Partagez l'article

>