fbpx

La raison pour laquelle votre genou n’arrête pas de craquer


La raison pour laquelle votre genou n'arrête pas de craquer - sante-et-medecine, biologie - Vertèbre, Recherche scientifique, Professionnel de la santé, Pression, pathologie, Os, Orthopédie, Médecine du sport, médecine, maladie, Main, Liquide synovial, Genou, Frottement, expérience, Doigt, Dioxyde de carbone, Crepitus, Coude, Corps humain, Articulation (anatomie), Arthrite, Air
Lucaxx Freire/Unsplash.

À un moment ou à un autre de notre vie, nous avons tous fait au moins une fois l’expérience de ce genou qui se met involontairement à craquer après que l’on ait tenté de se lever, ou alors d’une gêne au coude suivi d’un crépitement brusque lorsque l’on a tendu un bras.

Bien que ce phénomène soit tout à fait normal, très commun et complètement indolore, il faut avouer que le son qui est produit à ce moment-là n’en est pas moins effrayant pour autant et semble tout droit sorti d’un film d’horreur.

Retour sur les raisons inattendues (mais prouvées) qui poussent nos articulations à crépiter de temps en temps…

Une question qui a longtemps induit les médecins en erreur

Malgré les connaissances médicales et l’expérience des professionnels de la santé, il peut arriver parfois qu’ils ne sachent pas forcément ce qui provoque tel ou tel phénomène dans notre corps.

C’était du moins le cas pour ces craquements articulaires et également la raison pour laquelle nous avons tous entendu notre entourage nous dire combien il est mauvais pour la santé de nos os de faire sauter volontairement les articulations de nos doigts.

Alors que l’on a cru dur comme fer, durant des décennies entières, que cela engendrait des maladies telles que l’arthrite sur le long terme, les études scientifiques qui se sont penchées sur le sujet ont cependant prouvé qu’il n’en est rien.

Plus probant encore, un chercheur originaire de Californie a été son propre cobaye en passant plus de 60 ans à se craquer les doigts entre eux pour vérifier cette croyance.

Une fois de plus, il s’est avéré que tous les examens médicaux qu’il a effectués par la suite ont démontré qu’il n’avait absolument aucune forme de pathologie articulaire aux mains.

« De toute façon, se fissurer, éclater ou se cogner ne semble ni être nocif pour l’articulation ni être le marqueur d’une maladie » déclare le Docteur John-Paul Rue, spécialiste en orthopédie et médecine sportive au Mercy Medical Center du Maryland, aux États-Unis.

La raison pour laquelle votre genou n'arrête pas de craquer - sante-et-medecine, biologie - Vertèbre, Recherche scientifique, Professionnel de la santé, Pression, pathologie, Os, Orthopédie, Médecine du sport, médecine, maladie, Main, Liquide synovial, Genou, Frottement, expérience, Doigt, Dioxyde de carbone, Crepitus, Coude, Corps humain, Articulation (anatomie), Arthrite, Air
Jaysin Trevino, Flickr

Un corps fait de chair et d’os, certes, mais pas que…

Ce phénomène est appelé « crepitus » par les médecins, qui signifie « cliqueter » en latin et qui n’a strictement rien à voir, ni de près, ni de loin, avec un quelconque frottement entre deux os comme on pouvait l’imaginer auparavant.

En réalité, aussi surprenant et peu ressemblant cela puisse paraître, ce mystérieux son de craquement n’est autre que le bruit de l’éclatement des bulles d’air contenues dans le liquide synovial de nos articulations.

Il faut savoir que le liquide synovial est une substance visqueuse qui a pour but de protéger et lubrifier nos articulations.

En bougeant soudainement le coude, le genou ou les vertèbres, la force que l’on engendre dessus diminue la pression contenue dans ce liquide synovial, créant ainsi une cavité pleine de gaz au passage.

Ces gaz, qui ne sont autres que ceux que l’on trouve dans notre sang (oxygène et dioxyde de carbone), se transforment alors en bulles d’air et éclatent.

Et s’il est impossible de craquer volontairement deux fois à la suite une même articulation (le plus souvent les doigts), c’est uniquement parce que toutes les bulles d’air se sont échappées la première fois et qu’elles n’ont pas encore eu le temps de se reformer.