On le sait depuis déjà assez longtemps ; la cigarette est très nocive pour la santé. Nul ne peut nier ses propriétés addictives, mais personne ne semble se douter de l’ampleur de sa nuisance et à quel point elle peut être dévastatrice.

Publicité

Les chercheurs qui s’intéressent de très près aux méfaits du tabac sur notre métabolisme, ont récemment fait une découverte tout à fait étonnante à ce sujet.

En effet, le Journal of Experiment Medicine vient de publier une nouvelle étude selon laquelle la nicotine est un facteur clé dans la propagation du cancer du poumon au cerveau.

Les scientifiques expliquent que 40 % des malades souffrant d’un cancer du poumon finissent par développer une métastase, qui aide à détacher les cellules atteintes de la tumeur principale et les fait transporter par la circulation du sang vers d’autres organes.

Parmi les 281 patients atteints de cancer du poumon, examinés lors de cette recherche, les fumeurs de cigarettes avaient plus tendance à contracter le cancer du cerveau.

Compte tenu de la capacité de la nicotine à franchir la barrière hémato-encéphalique, les experts ont pensé que cette substance avait peut-être quelque chose à voir dans l’amplification du cancer du cerveau métastatique.

Pour vérifier cette hypothèse, l’équipe a administré de la nicotine à des souris génétiquement modifiées pour avoir un cancer du poumon. À la fin de l’expérience, les rongeurs ont montré une plus forte disposition à contracter également une tumeur cérébrale.

Dr. Leon Kaufman. University Of California, San Francisco/Wikipedia Commons

D’après les analyses, l’alliance avec la nicotine fait que les cellules immunitaires présentes dans le cerveau, appelées microglies, passent de leur forme destructrice des tumeurs (M1), à la forme M2, qui, au contraire, favorise leur croissance.

Par ailleurs, le nombre de cellules microgliales M2 présentes dans les tumeurs cérébrales des souris était bien plus important que les microglies M1. Cela ne pouvait signifier qu’une seule chose ; la nicotine a un effet sur les microglies qui fait d’elle un stimulant permettant la prolifération du cancer du poumon au cerveau.

Publicité

La bonne nouvelle, cependant, est qu’il existe un moyen de réduire le risque de métastases cérébrales, et ce en annihilant les chances de transformation des microglies en leur forme M2 ; Le parthénolide.

Utilisé pour neutraliser les effets de la nicotine, le traitement à ce composé a donné d’excellents résultats sur les souris soumises à l’expérimentation, et qui n’ont plus montré de signe de tumeur cérébrale.

L’une des principales qualités du parthénolide est qu’il est cultivé de façon tout à fait naturelle, dans une herbe nommée Grande Camomille.

Il pourrait de ce fait, être une alternative très efficace à la chimiothérapie traditionnelle, ainsi qu’un moyen de protéger les fumeurs des métastases cérébrales. C’est ce qu’affirme l’auteur de l’étude, Kounosuke Watabe.


Partagez l'article

>