Depuis la nuit des temps, nous avons attribué les terribles phénomènes que sont les éclairs et la foudre aux dieux Zeus, Thor, Indra, Chac, Tlaloc et d’autres encore, selon les différentes mythologies d’à travers monde. Mais qu’en est-il véritablement ?

Publicité
Publicité

D’autant plus qu’il a récemment été constaté que la foudre frappait presque deux fois plus souvent sur les voies de navigation maritime occupées que dans les océans à proximité.

Le sujet a été abordé lorsque Katrina Virts — une diplômée de l’Université de Washington — a créé une méthode pour extraire plus de résolution des données disponibles sur les fréquences de la foudre.

Publicité

Accompagnée de Joel Thornton — une collègue et spécialiste de l’atmosphère —, elles ont utilisé 11 années (entre 2005 et 2016) des données du Worldwide Lightning Location Network — un réseau de capteurs du monde entier détectant les éclairs —, pour dresser une carte des zones présentant des taux de collision particulièrement élevés.

Lors de l’analyse des données, les chercheurs ont remarqué des lignes presque rectilignes d’impact de la foudre sur l’océan Indien et la mer de Chine méridionale : « Nous avons immédiatement reconnu qu’il s’agissait de voies de navigation », explique Thornton.

Publicité
La foudre frappe 2 fois plus souvent sur les voies maritimes. Voici pourquoi - notre-planete, nature - Zeus, Viêt Nam, Université de Washington, Transport maritime, Thor, Tempête, Sumatra, Sri Lanka, Singapour, Simulation informatique, Pot d'échappement, phénomène, Particules en suspension, Orage, Océan Indien, nuage, nature, National Aeronautics and Space Administration, mythologie, Mer de Chine méridionale, Lightning Strikes Twice, Frottement, foudre, eau, Divinité, Combustion, Catalyse, Atmosphère terrestre, Air, Aérosol
DChris/Flickr

En 2018, Peter Blossey et Christopher Bretherton — d’autres chercheurs de l’Université de Washington — ont utilisé une simulation informatique pour mesurer l’effet des émissions de navires dans l’océan Indien sur la création de nuages. 

Avec le soutien de Thornton et de Virts (travaillant désormais pour la NASA), ils ont découvert des effets sur les orages similaires à ceux de l’étude initiale.

Publicité

En comparant les données sur la foudre avec les cartes des émissions de gaz d’échappement des navires, les scientifiques ont pu montrer qu’il y avait près de deux fois plus de frappes de foudre le long des principales routes de navigation entre le Sri Lanka et Sumatra et entre Singapour et le Vietnam.

Publicité

En écrivant dans Geophysical Research Letters, ils expliquent comment les gaz d’échappement des navires ajoutent plus de particules d’eau qui gèlent à l’air, dont la friction provoque l’électrisation des nuages ​​de tempête. Et qui dit tempête, dit foudre. 

Le terme officiel utilisé pour cela est « dynamisation convective par aérosol ». Thornton l’appelle également « catalyseur de la foudre ».

Publicité

« C’est l’un des exemples les plus clairs de la façon dont les humains modifient réellement l’intensité des processus de tempête sur Terre grâce à l’émission de particules de combustion », a ajouté Thornton.

Publicité

Publicité