Dans l’ère du digital, la compétition est rude et le succès revient à celui qui s’impose avec le plus d’avancées technologiques. Facebook, réseau social numéro 1 depuis 2004, ne cesse d’innover afin d’attirer et fidéliser le plus de monde.

Publicité

Et ils n’hésitent pas à payer leurs consommateurs ! 

Une nouveauté inattendue

Le géant de la communication propose un service de paiement contre des enregistrements vocaux de part de membres volontaires. 

Publicité

Après les avoir espionnés à leur insu, Facebook se rattrape en offrant 5 dollars (environ 4,61 euros) à toute personne qui se prêterait au jeu.

Le participant — âgé de plus de 18 ans — devra télécharger le programme « Prononciations » et effectuer les différents sets de bandes-son demandés. 

Un dispositif à points est mis en place pour comptabiliser l’opération. À raison de 200 points par série, l’utilisateur se verra verser ladite somme au bout du cinquième (1000 points) via PayPal. 

Publicité

Facebook se servira ensuite de ces données pour affiner son système de reconnaissance vocale et améliorer des services comme « Portail », qui permet de démarrer des appels vidéos, et d’autres options qui peuvent être activées grâce à la voix. 

Enfin, la compagnie assure à ses clients que les enregistrements ne seront pas reliés à leurs comptes et garantit leur anonymat.

facebook
NeonBrand / Unsplash

Le nouveau départ de Facebook

Facebook a lancé récemment un nouveau programme de recherche baptisé « Viewpoints » qui fonctionne selon un système de points cumulables grâce à des tâches effectuées. 

Publicité

Atteint un certain nombre de points, l’utilisateur peut les convertir en espèces qui seront directement versées sur son compte PayPal. C’est grâce à ce système-là que le client est payé.

Facebook promet cette fois de respecter leur l’intimité et de garder les données recueillies dans le cadre du privé. Ainsi, elles ne seront nullement vendues, échangées ou partagées à d’autres services du réseau lui-même sans l’accord de ses abonnés. 

Voici là un nouveau départ pour Facebook après le scandale de la collecte de messages vocaux sans l’approbation des membres qui a eu lieu durant l’été 2019. 

Ils auraient engagé un organisme tierce afin de faire écouter les enregistrements « volés » à leur intelligence artificielle et s’assurer qu’elle arrive à les comprendre et interpréter. 

Publicité

Plusieurs autres grosses compagnies vinrent rapidement s’ajouter à la liste : Amazon, Apple, Alexa, Google Home, etc. 

Cela serait plutôt alarmant, le droit à l’intimité étant de ce fait restreint dans la mesure où la plupart de ces informations partagées relèvent du privé. Or, nombreux sont ceux qui n’acceptent pas que leurs données personnelles soient ainsi divulguées. 

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>