fbpx

Est-ce là le vrai visage de Néron, l’empereur le plus cruel de Rome ?


Est-ce là le vrai visage de Néron, l'empereur le plus cruel de Rome ? - insolite, histoire - visage, Vérité, Tacite, Silicone, sculpture, Rome antique, Réalisme (littérature), physique, Néron, Monnaie, Monde (univers), Menton (anatomie), Littérature, La Joconde, Jules César, homme, empire romain, Dion Cassius, Cléopâtre VII, art, Antiquité
Saint-Josse-ten-Noode.

Même si c’est avant tout les actes, plutôt que le physique, qui définit une personne, il est toujours important de mettre un visage sur un nom, surtout lorsque celui-ci a fait partie intégrante de notre Histoire.

Tandis qu’à l’heure actuelle, nous savons précisément à quoi pouvaient ressembler des icônes pourtant disparues depuis longtemps telles que Jules César, Mona Lisa ou encore Cléopâtre, nous n’avions — du moins jusqu’à très récemment — qu’une idée très approximative des traits de Néron, cet empereur romain du 1er siècle qui a terrorisé le monde entier de son vivant.

Retour sur la reconstitution surprenante de l’une des principales figures de l’Antiquité…

Un travail compliqué compte tenu des circonstances

Contrairement à ce que nous pouvons imaginer, il ne suffit pas de lire quelques descriptions trouvées dans les ouvrages des écrivains influents de l’époque ou de se fier totalement aux portraits sculptés sur les anciennes pièces de monnaie pour esquisser le visage des empereurs d’antan avec réalisme.

Volontairement embellis, sous peine d’être évincé sur le champ, la réalité se voulait très souvent beaucoup moins flatteuse que ce que les peintres et poètes voulaient bien faire croire.

Et dans le cas de Néron, la tâche s’est avérée d’autant plus compliquée du fait qu’il a éliminé de sang-froid à peu près tout son entourage (familial ou non) et que seules trois personnes ont pu le décrire, dont les deux grands historiens romains Tacite et Dion Cassius qui ne l’avaient jamais vu de leurs propres yeux puisqu’ils sont nés bien après la fin de son règne…

Cependant, grâce au travail de longue date des archéologues, historiens et autres experts de l’Antiquité, l’artiste espagnol Salva Ruano, auteur du projet artistique Césares de Roma qui a pour but de reconstituer le physique des empereurs romains les plus importants en silicone, a regroupé assez d’informations pour réaliser le portrait de Néron avec exactitude.

Est-ce là le vrai visage de Néron, l'empereur le plus cruel de Rome ? - insolite, histoire - visage, Vérité, Tacite, Silicone, sculpture, Rome antique, Réalisme (littérature), physique, Néron, Monnaie, Monde (univers), Menton (anatomie), Littérature, La Joconde, Jules César, homme, empire romain, Dion Cassius, Cléopâtre VII, art, Antiquité
Césares de Roma, Facebook

Des traits qui ne correspondent vraiment pas au personnage

Bien que nous savions déjà qu’il était roux et que son menton était plutôt rond, il semble quasi impossible que les traits tels que représentés par Salva Ruano puissent correspondre à ceux de Néron, cet homme de pouvoir au passé on ne peut plus trouble.

Ce qui étonne grandement quand on regarde la sculpture de l’empereur, c’est surtout son air angélique, presque pur, comme si son visage était beaucoup trop enfantin pour avoir commis autant de crimes et de souffrance autour de lui.

Mais malgré ses taches de rousseur et ses yeux très clairs qui nous donnent l’impression qu’il inspirait la confiance, Néron n’avait absolument rien d’un petit être innocent.

En effet, ce dernier a passé toute la durée de son règne, qui a pourtant débuté alors qu’il n’avait que 17 printemps et qui n’a duré que 14 ans (de 54 à 68), à répandre la violence et la haine.

En plus d’avoir ôté des centaines de vies sans raison valable (dont sa propre mère, sa femme, son amante qui était enceinte, son demi-frère, sa tante, ses conseillers, deux penseurs romains très influents…), il avait visiblement, entre autres, un penchant avéré pour le mensonge et la pyromanie si bien qu’il a mis le feu à la ville de Rome avant d’accuser un groupe de chrétiens uniquement pour pouvoir mener la guerre aux religieux.