Chaque jour est une nouvelle opportunité pour l’Homme de percer les secrets de notre planète, aussi bien à sa surface que dans ses profondeurs.

Publicité

Par leur immensité et l’obscurité de leurs fonds, les océans ont toujours constitué une réserve gigantesque de mystères, abritant les créatures les plus rares. 

Et à ce propos, un animal dont la plupart d’entre nous ne soupçonnaient pas l’existence vient justement de passer devant les caméras…

Publicité

Une raie atypique

C’est au sein de la Grande Barrière de Corail, près de Lady Elliot Island, qu’une raie manta d’une teinte inhabituellement rose a été repérée par Kristian Laine. 

À la base, le photographe y était pour prendre des clichés de tortues et de requins, jusqu’à ce que la fameuse raie fasse son apparition.

raie
Raie manta/Kristian Laine

Ce n’est qu’après avoir vu la photographie de la créature accrochée à l’intérieur d’un restaurant à proximité que Kristian a confirmé que son appareil n’était guère défaillant.

Publicité

Contre toute attente, il s’agissait en fait de la seule raie manta de cette couleur connue à ce jour.

Repérée pour la première fois en 2015 par le plongeur Ryan Jeffery, la « Mobula alfredi » a acquis une grande popularité, et fut baptisée Inspecteur Clouseau, faisant ainsi référence au policier gradé et maladroit dans le célèbre dessin animé « la Panthère rose ».

Une teinte intrigante

Malgré ses 3,3 m de longueur, la raie n’a plus jamais été revue depuis sa première observation, mais visiblement, elle a décidé de faire son grand retour.

Publicité

Une biopsie a été effectuée par l’équipe de scientifiques du Project Manta afin d’en savoir plus sur cette couleur singulière.

Au départ, ils soupçonnaient que la cause était probablement des pigments dans des substances que l’animal ingérait dans son environnement. 

Seulement, les examens ont révélé par la suite que la tache de naissance blanche et la coloration rose sont restées inchangées au fil du temps.

Publicité

D’après l’écologiste Asia Haines, le régime alimentaire et l’analyse des isotopes stables peuvent être exclus.

Les chercheurs ont alors opté pour une autre hypothèse selon laquelle une expression différente de la mélanine est à l’origine de cet aspect. Toutefois, des études plus approfondies permettront de le confirmer.

Quoi qu’il en soit, il faut être particulièrement chanceux pour rencontrer des spécimens aussi rares, et Laine en est infiniment reconnaissant.

Publicité

Partagez l'article

>