Le règne animal regorge de créatures fascinantes, et nous ignorons probablement l’existence de certaines. Toutefois, la viabilité des espèces les plus fragiles se retrouve souvent incertaine, pour des raisons humaines telles que la surexploitation, ou la surchasse. 

Publicité

Parmi les spécimens ayant frôlé l’extinction totale, la tortue “couverte” de Birmanie, aussi surnommée « l’animal le plus souriant du monde ». L’un de ces individus a — heureusement — été acheté par un collectionneur de tortues américain dans le marché de la faune, en Chine. De là, un projet de conservation massif a été entrepris dans le Myanmar natal, alors que les populations sauvages étaient sur le point de disparaître.

Le reptile herbivore « Batagur trivittata » a autrefois peuplé les rivières endormies du Myanmar, il se distingue par ses yeux écarquillés et son sourire évident. Les femelles de l’espèce ont une couleur plus claire que les mâles, d’ailleurs, ces derniers virent au bleu verdâtre et jaune vif durant la saison des amours.

Myo Min Win/WCS Myanmar Program

Submergées par la surchasse et la surexploitation des œufs, les tortues birmanes ont massivement disparu, et quelques rares individus errent encore dans la nature. À la suite du lancement du programme de reproduction en captivité, le nombre de tortues s’est élevé à 1000, et les scientifiques déclarent que l’espèce s’éloigne progressivement du danger d’extinction.

Des photos diffusées par la Wildlife Conservation Society, et la Turtle Survival Alliance, montrent l’éclosion des oeufs de tortue birmane, dans un centre d’élevage de la région de Sagaing, en Myanmar.

Pour la première fois, les scientifiques décrivent les nouveau-nés de l’espèce, et espèrent pouvoir bientôt les relâcher dans le monde sauvage. Par ailleurs, des efforts de préservation sont entrepris pour les individus restants dans la nature.

Une très jolie femelle de l’espèce.
Myo Min Win/WCS Myanmar Program

La tortue de Birmanie n’est pas la seule menacée par le danger d’extinction. En fait, de nombreux chéloniens ont du mal à survivre. Plus de la moitié des 360 espèces de tortues connues actuellement sont en voie de disparition, et représentent ainsi le plus grand pourcentage des vertébrés. À titre d’exemple, la tortue de la Mary River est un spécimen qui se fait de plus en plus rare, de par sa coiffure de Mohawk, et sa faculté impressionnante de respirer sous l’eau avec ses organes génitaux.

Dans une perspective de conservation de ces lignées d’animaux, il est primordial de remédier aux problèmes à l’origine de leur éteinte, à savoir, la destruction des habitats, la pollution, le braconnage, ou encore le commerce des animaux de compagnie.


Partagez l'article

>