Aujourd’hui, les dinosaures ont disparu depuis des millions d’années, mais demeurent jusqu’à l’heure actuelle des créatures fascinantes pour les paléontologues. Cependant, nul ne sait à quoi ressemblent réellement ces reptiles, leurs fossiles étant le seul moyen de reconstituer une image approximative.

Publicité

Oksoko avarsan est une nouvelle espèce de dinosaure dont les détails rappellent ceux d’un oiseau contemporain, le perroquet. En effet, les scientifiques ont noté la forme similaire du bec et l’absence de dents. Mais pour cette espèce ayant vécu il y a environs 72 à 66 millions d’années, un détail fascinant attise la curiosité et appelle à l’analyse : la perte d’une griffe fonctionnelle sur les avant-bras, à la différence de ses semblables.

En dehors d’un changement esthétique, cette évolution suggère surtout une importante capacité d’adaptation de la famille des oviraptors à un nouvel environnement, et un mode de vie différent.

Publicité

Gregory Funston, paléontologue à l’Université d’Édimbourg au Royaume-Uni, explique que l’évolution des oviraptors n’a jamais été analysée, et la disparition d’une griffe des mains du reptile a conduit à l’étude de la transformation de ses membres.

Vue d’artiste des dinosaures avarsans Oksoko.
Michael Skrepnick

Heureusement pour les chercheurs, les restes d’Oksoko avarsan sont des squelettes complets, préservés ensemble pendant très longtemps. La disposition des os « au repos » renseigne sur les déplacements en groupes des individus juvéniles.

En voyageant à travers le monde, notamment l’Amérique du Nord et le désert de Gobi en Mongolie, le dinosaure de 2 mètres s’est retrouvé contraint de s’adapter à un milieu de vie et un régime alimentaire changeant afin d’assurer sa survie. 

Publicité
Funston et al., Royal Society Open Science, 2020

Dès lors, il en a résulté la disparition progressive, durant des millions d’années, d’une griffe complète. D’après les paléontologues, cela est probablement dû à l’environnement chaud et sec du désert. Quoi qu’il en soit, l’évolution anatomique de l’animal dresse un profil diversifié des omnivores avant leur extinction massive. 

D’ailleurs, le nœud osseux désormais présent à la place du troisième doigt a permis d’isoler Oksoko avarsan comme étant une nouvelle espèce dans la taxonomie des dinosaures.

Bien que les oviraptors du Crétacé supérieur formaient des populations assez restreintes, leur diversification et leur capacité d’adaptation sont exceptionnelles et incitent vers des études plus approfondies des éléments de leur environnement, à savoir la nature et la couleur de leurs œufs, ou encore la structure de leurs nids, et leur habitat.

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>