C’est l’histoire très émouvante d’un jeune étudiant argentin qui avait souffert, à l’âge de 23 ans, d’une grave maladie de la peau du nom de psoriasis. Sur ordre de ses médecins traitants, Pablo Salvatierra, a suivi un jeûne basé sur une nourriture non consistante pendant 4 semaines entières. À la fin de cette période, il n’a eu envie de manger que des fruits.

Publicité

Salvatierra est aujourd’hui complètement guéri et il a pris une décision plutôt intéressante ; il passe désormais son temps à voyager et à « manger ». Jusqu’à présent, il a visité 15 pays et a goûté à peu près 300 variétés de fruits. Ses préférés sont les fruits géants au chocolat blanc, les plus petits qui rappellent des huitres ou des perles, ceux à la peau de serpent.

Fruit rappelant la peau d’un serpent.
Sweetconscience/Instagram

Le jeune miraculé a également décidé de noter toutes ces impressions sur les différentes saveurs et d’évaluer ses talents de dégustateur à chaque nouvelle expérience. Le terap de Bornéo, par exemple, lui a inspiré un plaisir digne d’une jouissance paradisiaque, avec son fondant et son mélange de goût à la fois de chocolat blanc et de vanille, mais aussi par sa texture de lait condensé. Il s’est dit particulièrement épris du chempedak, car il lui faisait revivre des instants magiques de son enfance. Contre toute attente, le fruit qui a mérité la caractéristique de « extase sensorielle » a été le durian malodorant.

Publicité
Pablo il y a à peine 10 semaines.
Sweetconscience/Instagram

La passion de Salvatierra pour la dégustation lui a également donné l’opportunité de mieux comprendre le lien entre la diversité des fruits et les civilisations qu’il avait la chance de croiser durant sa quête. Il a par ailleurs pu redéfinir ses priorités, en retrouvant les vraies valeurs de la nature. La nature devenant de plus en plus importante à ses yeux, le jeune homme s’est retiré chez lui pour cultiver une forêt vivrière, une agriculture durable qui comprend toute sorte de fruits.

En reprenant la route vers d’autres horizons, Salvatierra a laissé derrière lui de nombreux arbrisseaux qui feront probablement le bonheur de leurs nouveaux propriétaires. Quant à lui, il espère trouver le sien dans les délices du Brésil à Rio de Janeiro.

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>