Les progrès en matière de santé ont beaucoup apporté à la médecine grâce à toutes ces années de recherche. Cela a permis de sauver d’innombrables patients, d’atténuer leurs douleurs les plus atroces et ainsi soulager l’humanité d’un grand poids.

Publicité

Dans ce sens, les scientifiques viennent de dévoiler une machine qui répare le foie et le maintient en vie hors du corps pendant une semaine. Une nouvelle avancée qui facilitera encore plus le quotidien de milliers de malades… 

Un travail de longue haleine

D’après Columbia Surgery, près de 17 000 personnes ont besoin d’un nouveau foie pour diverses raisons. Selon la procédure, on utilise l’organe sain d’un donneur qui, hélas, ne peut survivre que quelques heures une fois extrait du corps.

Cependant, en 2013 déjà, des chercheurs de l’Hôpital Universitaire de Zurich ont mis au point un appareil qui pouvait momentanément régler ce problème en gardant ce dernier en parfait état pendant 24 heures. 

Mais à présent, les professionnels de la santé ont repoussé cette limite à 7 jours entiers, notamment en simulant les conditions réelles et l’environnement d’un foie à l’intérieur de l’organisme grâce à leur toute nouvelle machine dite « de perfusion ».

Après diverses tentatives, une blessure préexistante peut aujourd’hui être soignée, les dépôts de graisse être nettoyés et les foies régénérés. 

Ceux qui sont lourdement endommagés, qui étaient autrefois incompatibles à la transplantation, retrouvent désormais leur pleine fonction après leur conservation cette nouvelle machine.

La machine à perfusion / University Hospital Zurich

Un procédé ingénieux

Le secret de cette réussite est l’utilisation d’hormones pancréatiques comme l’insuline et le glucagon pour le contrôle des conditions métaboliques. 

Ce dispositif fonctionne grâce à un double approvisionnement vasculaire en sang riche en oxygène à haute pression qui pénètre par l’artère hépatique, et en sang veineux à faible pression et à oxygène réduit qui draine les viscères abdominaux.

Publicité

Grâce à ces travaux, six foies jugés de trop mauvaise qualité et refusés par tous les centres en Europe ont été pris en charge par l’équipe : en une semaine, ces derniers ont parfaitement été réhabilités.

Si la viabilité hépatique après la greffe a bien été prouvée, d’autres paramètres tels que la coagulation et l’efficacité des voies biliaires intrahépatiques restent encore difficiles à évaluer.

Par ailleurs, les chercheurs ont l’ambition de réussir une transplantation dans un être humain vivant, jusque-là sans succès. C’est du moins la prochaine cible de leur étude.


Partagez l'article

  • Cette fameuse pratique médicale est très intéressante.on aimerais bien l’avoir pratiquer à grande echelle.en plus veuillez nous fournir les adresses dhospices.merci

  • >