En sa qualité de meilleur ami de l’Homme, le chien arrive souvent à déceler l’état émotionnel de son propriétaire. Il est capable de ressentir quand ce dernier est triste ou heureux. Et c’est tout naturellement que l’Homme croit reconnaître aussi les émotions dégagées par son chien, le plus souvent à travers un regard.

Publicité

Quand on rentre à la maison et qu’on s’aperçoit que notre boule de poils s’est permis de redécorer les lieux sans nous, son visage nous fait immédiatement penser à une expression de culpabilité. Mais en réalité, cette interprétation n’est pas toujours la bonne…

Un comportement trompeur

Dans une étude parue dans un numéro de 2009 de la revue Behavioral Processes, la Dre Alexandra Horowitz et son équipe ont regroupé 14 chiens et leurs propriétaires dans le but de vérifier l’hypothèse selon laquelle les chiens se sentiraient coupables après avoir commis une bêtise.

Chaque paire homme-chien a participé à neuf essais distincts où le premier montrait une friandise, lui signifiait qu’il ne devait pas y toucher en disant « non », puis il déposait la gâterie sur le sol, hors de portée du chien, pour finir par quitter la pièce. Par la suite, le responsable de l’expérience prendrait la friandise ou l’offrirait à l’animal.

Vingt secondes plus tard, le propriétaire retournait dans la pièce et l’expérimentateur lui disait ce qu’il avait fait ou lui mentait sur le comportement du chien.

Si le propriétaire pensait que le chien avait mangé la gâterie (que ce soit vrai ou non), ce dernier se faisait gronder. Tandis que si l’homme croyait que le chien s’était bien comporté, l’animal recevait un salut amical.

Les scientifiques ont ensuite examiné les enregistrements des expériences pour détecter les comportements considérés par les propriétaires comme des signes de culpabilité.

Public Domain, Pxhere

Éviter le contact visuel, se coucher et se rouler sur le côté ou sur le dos, relâcher la queue, remuer rapidement et lentement, garder les oreilles ou la tête baissée, s’éloigner du propriétaire, lever une patte et la lécher… Ils ont trouvé que le fait de manger ou non la friandise n’a eu aucun effet sur le comportement des chiens.

L’unique raison qui explique le prétendu « regard coupable » est la réaction du propriétaire.

La peur de se faire gronder

Selon cette étude, réprimander le chien a conduit à beaucoup plus de comportements coupables que quand il est accueilli amicalement, peu importe si l’animal a obéi à l’ordre ou non. En d’autres termes, l’apparence que l’on considère comme une culpabilité est en fait juste une peur d’avoir des problèmes.

Cela peut être alarmant de se dire qu’un chien a peur de son maître, mais il existe des méthodes de dressage qui ne laissent pas autant de séquelles.

PetFinder estime qu’un maître doit être cohérent avec sa récompense et sa punition, et qu’il doit veiller à ne pas renforcer les comportements indésirables. Ils disent qu’un bon exemple est lorsqu’un chien apporte un jouet à son propriétaire et aboie pour l’inciter à le jeter, si l’Homme lance l’objet, son chien considèrera que l’aboiement obligera son maître à faire ce qu’il veut.

Au lieu de dire « non » à son chien quand il est coupable d’un comportement indésirable, il est préférable de lui demander quoi faire à la place, « couché » par exemple.


Partagez l'article

>