Attendrissants et affectueux, nous pensons souvent que nos animaux préférés sont forcément ce qu’il y a de plus doux et qu’ils ne feraient pas de mal à une mouche : dauphins, canards ou encore phoques, difficile de croire que ces êtres si mignons peuvent en réalité cacher des monstres sanguinaires.

Publicité

Si nous les croyons incapables d’être violents, il s’avère que ces 8 animaux que l’on imagine volontiers adorables sont en fait particulièrement dangereux :

 

8. Le dauphin

Hernanpba. Flickr.

Si dans l’imaginaire populaire le dauphin est un animal doux, fidèle, sociable, amical et qu’il a fait rêver bon nombre d’enfants à travers le monde, la réalité en est malheureusement bien loin : « Les dauphins sont des animaux dangereux qui pourraient vous violer et tuer votre bébé » écrit ainsi la journaliste Jennifer Welsh.

En effet, les dauphins sont particulièrement violents, surtout les mâles qui sont coupables d’atrocités telles que l’infanticide, le viol, le harcèlement et tous types d’agressions : ainsi, les dauphins n’hésitent pas à violenter voire tuer les bébés des autres mâles dauphins, mais aussi d’autres espèces, qui ne sont pourtant pas forcément leurs proies ou leurs ennemis, donc sans raison apparente.

7. Le canard

Mr.TinDC. Flickr.

Si nous avons tous pu apercevoir à un moment donné ou à un autre une famille de canards se déplaçant paisiblement sur l’eau, il n’en est rien : connus pour être des violeurs, il faut savoir que près de 40 % des rapports sexuels entre canards sont de nature forcés et il peut également arriver que ces copulations forcées soient commises en groupe.

Autre fait surprenant, un cas de nécrophilie homosexuelle a été rapporté en 2001 : si certains chercheurs peuvent penser que la copulation forcée est un moyen d’assurer coûte que coûte la descendance, la nécrophilie homosexuelle en revanche ne peut pas être expliquée et ne relève en aucun cas de la survie des espèces.

6. L’ours polaire

USFWS Headquarters.

Souvent apprécié par les enfants pour sa couleur claire et son manteau de fourrure doux et agréable au toucher, l’ours polaire est souvent imaginé comme un animal affectueux, presque comme un grand enfant.

Seulement, la réalité est toute autre et il faut savoir que l’ours polaire, aussi bien le mâle, la femelle que l’ourson est cannibale : en effet, une équipe de trois chercheurs ont ainsi publié une étude qui retrace le cannibalisme d’une douzaine d’ours polaires et y expliquent qu’il n’est pas rare de voir des mères affamées manger ses oursons, mais aussi les oursons manger leur mère.

Toujours selon cette étude, près de 39 % des ours polaires seraient cannibales, soit un peu plus d’un ours polaire sur 3, et ce chiffre ne cesse d’augmenter au fil du temps.

D’après les recherches, le réchauffement climatique serait l’une des causes de l’accroissement du cannibalisme chez l’ours polaire : se nourrissant principalement de phoques, ces derniers se veulent de moins en moins présents compte tenu de la fonte des banquises et des glaciers.

 

5. L’hippopotame

Boettcherguilherme. Flickr.

Si l’hippopotame est herbivore, cela ne fait pas pour autant de lui l’animal le moins violent : en effet, ils sont connus pour attaquer les êtres humains qui s’approchent trop d’eux comme l’histoire miraculeuse du guide touristique Paul Templer qui a survécu après avoir littéralement été englouti par un hippopotame.

Si Paul Templer a réussi à survivre à l’attaque d’un hippopotame, la plupart en revanche n’ont pas eu cette chance : en effet, selon les statistiques effectuées par un duo de chercheurs américains, les attaques d’hippopotames sont mortelles dans presque 87 % des cas tandis qu’une attaque de léopard, souvent perçu comme l’un des animaux les plus féroces et les plus agiles, n’est mortelle que dans 36 % des cas.

En d’autres termes, une attaque d’hippopotame tue presque 9 personnes sur 10, tandis qu’une attaque de léopard sera fatale pour une personne sur 3.

 

4. Le phoque

Macloo. Flickr.

Animal phare de nos parcs aquatiques, le phoque est largement apprécié pour ses acrobaties et sa docilité.

Seulement, dans son milieu naturel, il est loin d’être l’animal câlin et affectueux que nous connaissons : carnivore, il dévore les animaux tels que les pingouins que certains ont même tenté de violer comme le décrit une équipe de 6 chercheurs dans son étude sur le harcèlement sexuel des manchots par les phoques.

Largement relatés par ces six scientifiques comme étant des actes d’une violence inouïe, les viols des pingouins par les phoques sont particulièrement choquants : « La pénétration a été observée au moins une fois et le sang était évident entre les jambes de l’oiseau immédiatement après l’interaction ».

Si cela fait froid dans le dos, il faut savoir que d’autres cas encore plus glaçants ont été recensés : ainsi, il arrive que les phoques puissent violer, tuer puis sauvagement manger leurs victimes.

3. La loutre de mer

MARK-SPOKES.COM. Flickr.

Si la loutre de mer a l’air d’être de nature sociable et de nager paisiblement, elle est en réalité une réelle menace et particulièrement dangereuse pour les autres espèces animales, même pour celles qui ne constituent pas forcément une proie qu’elles consomment pour leur survie.

Meurtrières et nécrophiles, elles assassinent alors n’importe quels animaux (chiots, bébés phoques..) qu’elles trouvent sur leur passage, sans même les manger mais seulement pour copuler avec le cadavre qu’elles laissent volontiers pourrir sur le sol.

En outre, il faut savoir que, depuis quelques années, le taux de mortalité chez les loutres femelles est particulièrement élevé, notamment à cause du réchauffement climatique, ce qui expliquerait pourquoi les mâles s’en prendrait à d’autres espèces pour copuler.

2. L’être humain

Elviskennedy. Flickr.

Si le comportement de certaines espèces animales que nous pensions adorables peut nous choquer d’un point de vue de la violence, il s’avère que l’espèce humaine en revanche celle qui est la plus dangereuse sur Terre en la matière.

Ainsi, mis à part la pêche et la chasse qui constituent des activités qui font de nous des prédateurs sanguinaires, il faut savoir que nous sommes également à l’origine d’une baisse de moitié de la faune mondiale : mammifères, poissons, reptiles ou encore amphibiens, l’être humain a réussi à faire diminuer de près de 52 % le nombre d’animaux présents sur Terre seulement en l’espace de 40 ans, de 1970 à 2010.

Il faut également noter que notre comportement en dehors de l’attaque directe sur les animaux a également un grave impact sur la flore et donc sur la faune : si la chasse et la pêche menacent directement les espèces animales, le réchauffement climatique et la décimation de nos forêts pour notre société de consommation (industries, commerces, pétrole, pesticides…) sont également des causes de la mortalité grandissante, et pas moins alarmante des animaux sur Terre.

1. Le dendrobate

Sascha Gebhardt. Flickr.

Si la couleur vive qu’elle arbore peut être plaisante et agréable à regarder, la grenouille de la famille des dendrobates est pourtant l’un des animaux les plus venimeux qui puissent exister aujourd’hui : ainsi, la grenouille dite dorée (ou « dendrobates auratus »), malgré sa petite taille, est capable à elle seule d’empoisonner près de 10 êtres humains de taille adulte à la fois.

En effet, il faut savoir que certaines espèces de dendrobates ont la particularité de stocker une quantité impressionnante de venin mais les scientifiques ne savent toujours pas exactement comment elles parviennent à être si toxiques : ainsi, certains d’entre eux pensent qu’en se nourrissant, elles ingèrent et emmagasinent par la même occasion les toxines que portent leurs proies (fourmis, coccinelles ou encore termites).


Partagez l'article

>