Devant la pléthore d’informations relatives à notre santé que nous croisons chaque jour, difficile de faire le tri dans les habitudes quotidiennes que nous avons adopté au fil du temps.

Publicité

Vus à la télévision, lus sur Internet ou relatés par notre entourage, les conseils santé ne cessent de faire parler d’eux et semblent même se contredire dans certains cas, nous laissant volontiers dans la confusion la plus totale.

Alimentation, alcool, sommeil, loisirs…si certaines croyances populaires se veulent bien ancrées, il semble que quelques-unes de nos mauvaises habitudes ne le soient pas tant que ça d’après la science…

Publicité

7. Sauter le petit-déjeuner

Public Domain, Max Pixel

Souvent considéré comme le repas le plus important de la journée, le petit-déjeuner peut être sauté occasionnellement, notamment lors d’un régime visant à mincir.

Si certaines études ont essayé de démontrer que ne pas prendre son petit-déjeuner peut engendrer une prise de poids, il semble que les scientifiques ne soient aujourd’hui plus de cet avis si bien que le régime dit “intermittent” (qui saute principalement le petit-déjeuner ainsi que le déjeuner) comporte des avantages non négligeables sur la santé.

En plus de permettre une perte de poids, le régime intermittent aide à réduire le risque de développement de graves pathologies comme les cancers, le diabète ou encore les maladies cardiovasculaires.

Publicité

Évidemment, il ne s’agit pas de supprimer totalement le petit-déjeuner qui reste malgré tout un repas à part entière et une source incontestable d’énergie pour notre organisme.

6. Boire du café

Heather Whitelaw, Flickr

De plus en plus de gens pensent, à tort, que boire du café est cancérigène si bien que l’Organisation mondiale de la Santé affirme qu’il n’existe à ce jour pas assez de preuves tangibles pour prétendre que le café peut favoriser le développement d’un cancer.

Comme tout aliment ou boisson, le consommer en excès est effectivement mauvais pour la santé et peut entraîner de graves pathologies sur le long terme, mais il n’est nullement prouvé que boire du café avec modération est dangereux : bien au contraire, des études récentes démontrent tout à fait l’inverse et consommer de 3 à 4 petites tasses de café par jour réduit les risques de cancer, de souffrir de diabète, de maladies neurodégénératives ainsi que cardiovasculaires.

Publicité

Les autres avantages de la caféine sur notre organisme sont nombreux : elle permet notamment d’améliorer les performances physiques et mentales (concentration, humeur…), à littéralement booster l’effet de certains médicaments analgésiques, à protéger son foie ou encore son cerveau.

5. Utiliser les réseaux sociaux

Terimakasih0 , Pixabay

Si la majorité pense que l’utilisation des réseaux sociaux est nocive pour la santé psychologique, il semblerait en réalité que ce mythe populaire n’ait aucun fondement précis et que contrairement à ce que l’on peut penser, les réseaux sociaux peuvent procurer du bien-être à son utilisateur.

C’est d’ailleurs ce qu’a tenté de prouver une étude réalisée sur plus de 120 000 personnes (donc largement au-dessus de l’échantillon considéré comme étant fiable par la science) qui a révélé que l’utilisation des réseaux sociaux permet d’obtenir un soutien émotionnel important qui participe, de fait, à la stabilité psychologique de l’individu.

4. Manger des oeufs

Public Domain, Pxhere

Tantôt considéré comme la bête noire de l’équilibre alimentaire, tantôt comme l’un des piliers d’une alimentation saine, le débat autour de la consommation d’œufs notamment lors d’un régime ne cesse de se soulever.

Publicité

Cependant, il faut savoir que même si les œufs sont effectivement riches en lipides et en cholestérol, ils font partie de ces aliments qui contiennent ce qu’on appelle du “bon gras” qu’il est primordial d’intégrer à son alimentation.

Source intarissable de vitamines et de minéraux essentiels à notre santé physique et surtout à notre système nerveux, consommer des œufs entiers permet d’apporter à notre corps une source conséquente de protéines, de vitamine B12 ou encore de phosphore.

3. Boire un ou deux verres de vin

Public Domai, Max Pixel

Si les dangers de la consommation excessive d’alcool ne sont plus à prouver, la communauté scientifique a cependant affirmé que boire un ou deux verres de vin est bon pour la santé : en dépit de ce que nous pouvons penser, la consommation modérée d’alcool permet de lutter contre le déclin cognitif.

Publicité

Dans le même ordre d’idées, une étude a démontré que consommer un à deux verres de vin régulièrement peut jouer un rôle sur la santé cardiovasculaire et le diabète.

Cependant, il faut noter qu’une consommation plus importante se veut catastrophique tant pour la santé physique que psychologique, et accroît les risques de cancers, de démences séniles, d’hépatites, de carences vitaminiques ou encore de pancréatites.

2. Manger des aliments riches en lipides

Public Domain, Max Pixel

Le premier réflexe en débutant un régime visant à faire perdre du poids est de supprimer automatiquement les aliments gras.

Publicité

Seulement, il faut savoir que les aliments lipidiques ne sont pas tous nocifs pour la santé, bien au contraire.

Si les repas de type fast-food sont effectivement à proscrire lors d’un régime, les repas riches en oméga 3 (communément appelé “bon gras”) sont en revanche excellents pour notre santé : poissons, huile d’olive, chocolat noir ou encore la volaille et certaines viandes rouges sont à intégrer impérativement dans notre alimentation, surtout lors d’un régime, car ils apportent à notre organisme l’énergie dont il a besoin pour son bon fonctionnement.

De même, une étude réalisée sur un échantillon de pas moins de 50 000 femmes montre que celles qui ont suivi un régime pauvre en lipides n’ont pas perdu plus de poids que celles qui intégraient des aliments gras dans leur alimentation. En plus, elles n’en ont pas moins échappé aux pathologies lourdes telles que le cancer du sein ou du côlon qui, d’après la croyance populaire, peuvent être évitées lors d’un régime sans gras.

1. Faire une sieste

Dustinthewind, Pixabay

“Perte de temps”, “cause de l’insomnie” ou encore “activité des paresseux”, les clichés autour de la sieste sont nombreux et se veulent particulièrement négatifs.

Néanmoins, les nombreuses études scientifiques relatives aux effets de la sieste sont sans appel : si dormir plus d’un cycle (une heure et demie) est néfaste, une sieste comprise entre vingt et quarante minutes est une bonne habitude.

Publicité

Ainsi, faire une sieste d’une demie heure après une nuit blanche est nettement meilleur pour la santé que de récupérer d’emblée toutes les heures de sommeil perdues, si bien que la simple sieste permet à son système immunitaire de se régénérer de manière beaucoup plus saine, tandis que récupérer sa dette de sommeil d’un trait en journée ne fait que maintenir l’individu dans un état de confusion et l’empêche de retrouver une hygiène de sommeil optimale.

De plus, faire une courte sieste lorsqu’on se sent fatigué permet de stimuler son cerveau et ses performances cognitives au réveil et agit directement sur la concentration, la motivation, la rapidité de réflexion ou encore l’efficacité.

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>