5 secrets de beauté bizarres que les plus belles femmes de l’histoire nous cachaient


5 secrets de beauté bizarres que les plus belles femmes de l'histoire nous cachaient - insolite, hygiene, beaute - Viande bovine, Veau, Simonetta Vespucci, Sang, Rouge à lèvres, reine, peau, Marie-Antoinette d'Autriche, Marie Antoinette, Lucrezia Borgia (opéra), Lucrèce, Lord Byron, Lait d'ânesse, Lactose, Impératrice, Huile d'olive, Élisabeth en Bavière, Élisabeth d'Autriche (1554-1592), Cosmétique, Cléopâtre, Cheveu
Meromex, Pixabay

La beauté se trouve partout où notre regard peut se poser. Qu’elle soit dissimulée dans une toile vieille de quelques siècles ou entièrement éclatante comme un coucher de soleil très expressif, la beauté attend d’être remarquée et admirée.

Cela, les plus belles femmes au cours de l’Histoire l’ont bien compris. C’est pour cela que leurs secrets de beauté les mieux gardés sont aussi fascinants que leur splendeur tant vantée et racontée.

5. Impératrice Elisabeth d’Autriche

5 secrets de beauté bizarres que les plus belles femmes de l'histoire nous cachaient - insolite, hygiene, beaute - Viande bovine, Veau, Simonetta Vespucci, Sang, Rouge à lèvres, reine, peau, Marie-Antoinette d'Autriche, Marie Antoinette, Lucrezia Borgia (opéra), Lucrèce, Lord Byron, Lait d'ânesse, Lactose, Impératrice, Huile d'olive, Élisabeth en Bavière, Élisabeth d'Autriche (1554-1592), Cosmétique, Cléopâtre, Cheveu
Franz Xaver Winterhalter, Wikipédia

Vous pouvez être peu familier avec les personnalités historiques, Sissi l’Impératrice doit quand même vous dire quelque chose. Considérée comme étant la plus belle femme du 19e siècle, ses choix et son mode de vie étaient loin de faire l’unanimité. Sa beauté, elle, mettait tout le monde d’accord.

Quiconque la croisant était émerveillé par sa peau parfaite et ses cheveux épais et longs jusqu’à la démesure. Dur d’obtenir, mais surtout d’entretenir des traits aussi distingués, la fameuse reine de Hongrie dépensait sans limites pour arriver à garder l’image parfaite qu’on se faisait d’elle. Elle utilisait donc des fraises écrasées qu’elle étalait sur son visage, son cou et ses mains, et n’hésitait pas à prendre son bain dans de l’huile d’olive tiède et agréable.

Jusque-là, rien de très exclusif. Ces deux ingrédients étant toujours d’actualité et reconnus pour leurs vertus. Là où ça devient intéressant, c’est lorsque son masque de nuit a été décrit : un masque doublé avec du veau cru.

Malgré un régime surveillé de très près et qui est à base d’extrait pressé de poulet frais, de perdrix, de venaison et de bœuf, Sissi portait un corset tellement serré que son tour de taille faisait 49,5 cm. Ses cheveux quant à eux lui prenaient trois heures d’entretien par jour. Elle en prenait tellement soin qu’elle préférait souvent rester à l’intérieur pour ne pas les abimer.

Mais en sachant que des cheveux aussi longs et épais que les siens causent des migraines, nous pouvons lui laisser le bénéfice du doute quant à son caractère introverti…

4. Cléopâtre

5 secrets de beauté bizarres que les plus belles femmes de l'histoire nous cachaient - insolite, hygiene, beaute - Viande bovine, Veau, Simonetta Vespucci, Sang, Rouge à lèvres, reine, peau, Marie-Antoinette d'Autriche, Marie Antoinette, Lucrezia Borgia (opéra), Lucrèce, Lord Byron, Lait d'ânesse, Lactose, Impératrice, Huile d'olive, Élisabeth en Bavière, Élisabeth d'Autriche (1554-1592), Cosmétique, Cléopâtre, Cheveu
Wikipedia Commons.

Le symbole même de la beauté et de la sensualité, Cléopâtre a su faire tourner les têtes et gagner des cœurs. Étant l’une des femmes les plus influentes de l’Histoire, elle se devait d’entretenir l’image que tout le monde attendait qu’elle montre : celle d’une grande reine.

À son époque, il était commun de porter un rouge à lèvres à base d’insectes écrasés et de souligner ses yeux d’une poudre faite d’excréments de crocodiles. Elle le faisait aussi, certes, mais il était impossible pour une personnalité d’une telle position de se contenter de suivre des conseils disponibles pour tout le monde.

Alors, elle avait ses petits secrets : un peu comme Elisabeth d’Autriche (mais pas tellement), elle prenait son bain dans du lait d’ânesse aigre. Pour remplir toute une baignoire d’un lait d’origine animale, il fallait traire 700 ânesses tous les jours. Oui, elle pouvait se le permettre…

Cléopâtre avait recours à cette méthode peu commune pour réduire ses risques de voir apparaitre des rides. La science moderne semble confirmer son efficacité : le lactose aigri se transforme en acide lactique. Ce dernier a la capacité d’éliminer la couche dermique superficielle pour révéler celle en dessous : plus lisse, plus douce et plus jeune.

3. Marie Antoinette

5 secrets de beauté bizarres que les plus belles femmes de l'histoire nous cachaient - insolite, hygiene, beaute - Viande bovine, Veau, Simonetta Vespucci, Sang, Rouge à lèvres, reine, peau, Marie-Antoinette d'Autriche, Marie Antoinette, Lucrezia Borgia (opéra), Lucrèce, Lord Byron, Lait d'ânesse, Lactose, Impératrice, Huile d'olive, Élisabeth en Bavière, Élisabeth d'Autriche (1554-1592), Cosmétique, Cléopâtre, Cheveu
Wikipédia Commons

Marie Antoinette a sa place parmi les personnalités historiques les plus célèbres tout en restant l’une des plus controversées. Pour faire honneur à sa réputation de femme classe, elle ne manquait aucune occasion pour se démarquer surtout en termes de soin de beauté.

Elle ne dormait jamais sans son masque préféré fait de : cognac, d’œufs, de jus de citron et enfin de lait en poudre. Au réveil, elle ne se séparait jamais de son nettoyant pour visage. De son nom complet « Eau cosmétique de pigeon », cette lotion qui semblait magique était faite à partir de « huit pigeons mijotés. »

La dernière reine de France adorait les toilettes et respectait quotidiennement un rythme strict : changer de tenue trois fois par jour, sans jamais reporter la même robe. À ce rythme, justement, elle dépensait l’équivalent de quatre-millions de dollars annuellement.

Son secret pour paraitre plus mince, plus blanche de peau et donc plus attirante selon les standards de l’époque ? Dessiner les veines de ses avant-bras au crayon bleu…

2. Lucrezia Borgia

5 secrets de beauté bizarres que les plus belles femmes de l'histoire nous cachaient - insolite, hygiene, beaute - Viande bovine, Veau, Simonetta Vespucci, Sang, Rouge à lèvres, reine, peau, Marie-Antoinette d'Autriche, Marie Antoinette, Lucrezia Borgia (opéra), Lucrèce, Lord Byron, Lait d'ânesse, Lactose, Impératrice, Huile d'olive, Élisabeth en Bavière, Élisabeth d'Autriche (1554-1592), Cosmétique, Cléopâtre, Cheveu

Des cheveux aussi beaux et souples comme ceux de Lucrezia la protectrice des arts sont un luxe que beaucoup rêvent d’avoir. Ces mêmes cheveux ayant inspiré le poète Lord Byron qui a même fini par en garder une mèche en guise de preuve d’amour.

Si beaucoup pouvaient penser que cet acte est totalement exagéré, injustifié et même déplacé, la principale concernée, Lucrèce la régente de la Sainte Église, a au contraire apprécié cette « attention ».

Quoi de plus normal pour une personne qui a mis tant d’efforts, de temps et probablement d’argent dans le traitement de ses cheveux. À cette époque, la coloration chimique des cheveux n’existait pas : il était donc assez dur d’obtenir une couleur blonde alors que la nature nous a gâté avec du brun. Pourtant, Lucrèce y est arrivée…

Elle passait des jours à se laver les cheveux et prenait un malin plaisir à les rincer avec un mélange de jus de citron et de lessive. Le rituel minutieux et absurde n’était pas terminé : une fois secs, ses cheveux devaient être longuement exposés au soleil (durant des heures et des heures) lorsqu’il faisait le plus chaud.

Dans quelques-unes de ses supposées lettres restées à ce jour, on peut lire des mots d’excuse pour avoir annulé un voyage ou eu du retard : ses cheveux étaient clairement sa principale occupation.

1. Simonetta Vespucci

5 secrets de beauté bizarres que les plus belles femmes de l'histoire nous cachaient - insolite, hygiene, beaute - Viande bovine, Veau, Simonetta Vespucci, Sang, Rouge à lèvres, reine, peau, Marie-Antoinette d'Autriche, Marie Antoinette, Lucrezia Borgia (opéra), Lucrèce, Lord Byron, Lait d'ânesse, Lactose, Impératrice, Huile d'olive, Élisabeth en Bavière, Élisabeth d'Autriche (1554-1592), Cosmétique, Cléopâtre, Cheveu
Plum leaves, Flickr

Simonetta Vespucci n’est rien d’autre que l’ultime symbole féminin de la Renaissance. Cette noble italienne a inspiré de nombreuses peintures et sculptures, et représentait les idéaux de beauté de son époque. Botticelli n’a pas pu trouver mieux comme modèle pour son fameux tableau « La Naissance de Vénus » où la Bella Simonetta a incarné la déesse de l’amour elle-même.

Sa peau très pâle et lisse cachait un secret de beauté peu conventionnel, mais à la hauteur d’une telle personnalité : Vespucci et les femmes de son époque mettaient des sangsues autour de leurs oreilles afin qu’elles s’affairent à vider leurs visages de leur sang.

Il existait tout de même une méthode qui se rapproche de ce que nous pouvons toujours faire de nos jours, sans passer pour une dérangée mentale aux tendances vampiriques. Toujours dans le but d’avoir une peau parfaite, la muse de la Renaissance aimait appliquer un masque à base de chapelure, de blancs d’œuf et de vinaigre.

Car, encore une fois, Vespucci était la plus belle femme de son époque, toutes celles qui avaient vent de son existence et de sa beauté voulaient lui ressembler. Résultat : pour obtenir sa belle crinière dorée, elles n’hésitaient pas à se décolorer les cheveux avec de l’urine humaine. Les sourcils, eux étaient épilés à l’arsenic et à l’alun. Oui, c’est toxique…