fbpx

5 raisons scientifiques qui expliquent pourquoi il vaut mieux ne pas être attirant


5 raisons scientifiques qui expliquent pourquoi il vaut mieux ne pas être attirant - psychologie, biologie, beaute - visage, vie, théories, tailles, survie, science, santé, relations, recherches, Recherche scientifique, psychologie, préférences, physique, personnalité, maladies, hommes, Gène, femmes, Évolution (biologie), études, corpulence, corps, choix, chétif, beauté, attirance, apparence
I Need Sugar, Flickr

Il est inutile de se voiler la face, nous savons tous que certaines personnes sont plus avantagées que d’autres, aussi bien dans le domaine relationnel que professionnel, pour ne citer que cela. Que ce soit sur le plan physique ou en creusant dans la personnalité de chacun, il existe des points qui jouent en faveur d’un certain type de personnes.

Pendant que nombreux sont ceux qui tentent de dévaloriser les standards de l’attirance, de la beauté et de la séduction, de tels repères sont bien lancés pour faire partie de notre vie pour des années encore. Ces approches de catégorisation sont dites conformes à notre caractère sociable, elles sont même inscrites dans nos gènes selon les évolutionnistes.

Toutefois, les scientifiques estiment que tout n’est pas encore joué et que quelquefois, il faut savoir se diriger à contre-courant.

5. Les personnes petites de taille vivent plus longtemps

5 raisons scientifiques qui expliquent pourquoi il vaut mieux ne pas être attirant - psychologie, biologie, beaute - visage, vie, théories, tailles, survie, science, santé, relations, recherches, Recherche scientifique, psychologie, préférences, physique, personnalité, maladies, hommes, Gène, femmes, Évolution (biologie), études, corpulence, corps, choix, chétif, beauté, attirance, apparence
Forest Holidays

Apparemment, les personnes grandes de taille ont tendance à vivre bien moins longtemps, même si souvent elles sont avantagées pour la sécurité qu’elles inspirent. Il s’agit là de faits avérés qui s’appuient sur de vrais projets de recherche.

Par exemple, les doyens de l’humanité sont surtout concentrés à Okinawa, au Japon, et chez quelques tribus africaines. Nous ne pouvons pas dire que la grande taille caractérise spécialement ces Japonais de 1 min 45 s et pourtant, ils s’en sortent très bien par rapport aux maux du siècle : cancers et maladies cardiovasculaires.

Cette constatation n’est que plus validée en considérant le fait que la population mondiale ayant gagné quelques centimètres en plus ces dernières années ne cesse de faire face à des pathologies de plus en plus coriaces.

Les chercheurs ne sont pas très sûrs quant aux raisons de cette injustice face aux maladies, mais ils aiment bien dire que la raison peut-être la suivante : plus la personne est grande, plus il y a de cellules qui la constituent. Ces dernières sont alors plus facilement exposées à des agents carcinogènes, et à chaque 10 cm ajouté en plus à un petit 1 min 52 s, une femme gagne 16 % de chances de développer un cancer, rien que ça…

4. Les hommes moches sont plus fertiles

5 raisons scientifiques qui expliquent pourquoi il vaut mieux ne pas être attirant - psychologie, biologie, beaute - visage, vie, théories, tailles, survie, science, santé, relations, recherches, Recherche scientifique, psychologie, préférences, physique, personnalité, maladies, hommes, Gène, femmes, Évolution (biologie), études, corpulence, corps, choix, chétif, beauté, attirance, apparence
I Need Sugar, Flickr

Nous savons tous que la beauté est dans l’œil de celui qui la regarde, pourtant, nous pouvons facilement différencier une personne belle d’une personne moche : c’est comme ça, c’est la vie. Pendant que tous les gâtés par la nature profitent de leurs atouts, la science a un dernier mot à dire qui risque de beaucoup les frustrer : les hommes moins séduisants sont beaucoup plus fertiles que les autres.

La règle a été plutôt simple à établir, car selon des études, il existerait un lien certain entre l’attirance d’un homme et le taux de spermatozoïdes qu’il a en réserve. Encore une fois, les spécialistes ne sont pas très sûrs concernant la cause d’une telle singularité, mais les avis penchent vers une seule piste.

Un homme fort séduisant a bien plus de chances d’attirer des femmes et de ce fait, sa physiologie le force à garder ses munitions pour plus longtemps. Pour un homme à l’apparence plus « moyenne », il est indispensable d’être bien paré lors des rares occasions qui se présentent à lui, aussi simplement que ça.

3. Les gros nez sont signe de meilleure santé

5 raisons scientifiques qui expliquent pourquoi il vaut mieux ne pas être attirant - psychologie, biologie, beaute - visage, vie, théories, tailles, survie, science, santé, relations, recherches, Recherche scientifique, psychologie, préférences, physique, personnalité, maladies, hommes, Gène, femmes, Évolution (biologie), études, corpulence, corps, choix, chétif, beauté, attirance, apparence
Finn Pröpper, Flickr

Ici il n’y pas vraiment lieu aux débats : les nez qui sont bien trop gros sont, pour la majorité, loin d’être attirants. Il s’agit d’un atout si important que nombreuses sont les personnes qui en sont obsédées, si bien que 50 000 rhinoplasties sont effectuées aux États-Unis, annuellement. Pourtant, une telle disgrâce, comme le définissent certains, possède une vraie utilité et même, un impact positif sur la santé.

La raison derrière une affirmation aussi étonnante est plutôt simple, finalement. Avoir un nez imposant signifie être mieux protégé contre les différents agents pathogènes, selon des chercheurs. Pour prouver cela, ces derniers sont même allés jusqu’à créer des nez artificiels pour les soumettre à différents tests.

Les résultats étaient cohérents avec la théorie : les nez qui étaient 2,3 fois plus grands réussissaient à éliminer 6,5 % des particules « ’indésirables »’. Il est donc normal de considérer cela comme un avantage étant donné que le nez agit en principe comme un système de filtration aux particules allergènes et infectieuses.

2. Les femmes préfèrent les hommes chétifs

5 raisons scientifiques qui expliquent pourquoi il vaut mieux ne pas être attirant - psychologie, biologie, beaute - visage, vie, théories, tailles, survie, science, santé, relations, recherches, Recherche scientifique, psychologie, préférences, physique, personnalité, maladies, hommes, Gène, femmes, Évolution (biologie), études, corpulence, corps, choix, chétif, beauté, attirance, apparence
Forest Holidays, Flickr

À ce stade, il est devenu normal de discuter de stéréotypes. Dire que les femmes préfèrent par exemple les mâles alpha fait partie des nombreuses idées reçues et qui, pour une fois, n’est pas totalement fausse.

Un homme confiant, très corpulent physiquement et protecteur semble être l’homme parfait, et il existe des raisons purement évolutives derrière cela. Néanmoins, les temps ont bien changé. De nos jours, les femmes peuvent très bien se défendre seules et heureusement pour l’humanité entière, nous ne sommes plus obligés de faire face à des créatures qui font cinq fois notre taille pour survivre.

En prenant en considération toutes ces données, les priorités féminines ont changé. Dans des temps aussi durs, financièrement parlant, il est important d’avoir un conjoint moins dépensier et plus « sûr ». Les hommes classés dans la catégorie « ’mâle-bêta »’ ont moins de chance d’abandonner leur compagne et sont donc plus fiables, d’après une recherche.

1. Les personnes trop enjouées meurent en premier

5 raisons scientifiques qui expliquent pourquoi il vaut mieux ne pas être attirant - psychologie, biologie, beaute - visage, vie, théories, tailles, survie, science, santé, relations, recherches, Recherche scientifique, psychologie, préférences, physique, personnalité, maladies, hommes, Gène, femmes, Évolution (biologie), études, corpulence, corps, choix, chétif, beauté, attirance, apparence
Hug Cirici, Flickr

C’est triste, mais c’est comme ça. Les personnes qui sont beaucoup plus joviales et aimables connaissent une vie heureuse, vive, mais surtout, courte. Cette affirmation tient ses origines d’une étude débutée en 1920. Les chercheurs se sont lancé un défi hors du commun : suivre la vie d’un groupe d’enfants dès leur naissance, un groupe très différent en termes de personnalités et de façon de vivre.

Les résultats, publiés en 2011 après un lourd travail de compilation, étaient plutôt catégoriques : les personnes qui ont été enjouées et joyeuses sont décédées à des âges précoces. Les autres, plus réservées, connaissaient des vies plus longues et prospères.

La raison serait que les gens aux tempéraments gais sont plus enclins à prendre des risques qui sont, parfois, dangereux. Vivre plus longtemps justifierait-il une moue morose en permanence ? Le débat est ouvert.