S’il y a bien un domaine en plein essor et qui ne cesse d’innover, c’est bien la domotique : tandis qu’aujourd’hui il nous suffit de posséder un smartphone pour pouvoir fermer nos portes, nos volets, éteindre la lumière ou même cuisiner, l’avenir semble encore plus prometteur.

En effet, le géant coréen Samsung travaille actuellement d’arrachepied pour que dans un futur proche, nous puissions contrôler nos téléviseurs au simple moyen de notre cerveau : si le projet paraît complètement invraisemblable et peu probable, tout porte à croire qu’il ne saurait tarder…

Un projet honorable qui se concrétise à grands pas

Aujourd’hui, même les films de science-fiction les plus récents n’ont pas imaginé une telle possibilité : changer les chaînes et ajuster le volume de nos écrans, uniquement grâce à la pensée.

Et pourtant, c’est exactement ce à quoi aspire le projet Pontis du groupe Samsung : en association avec le Centre de neuroprothèse de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne, en Suisse, la société a pour objectif premier de permettre aux personnes handicapées motrices à utiliser un téléviseur seules, et surtout instantanément.

« Comment pouvons-nous fournir l’accessibilité aux personnes qui ne peuvent pas bouger ou qui ont des limitations extrêmes dans leurs mouvements ? Nous fabriquons des technologies plus complexes, plus intelligentes, mais nous ne devons pas oublier que cette technologie est conçue pour être connectée à l’homme » déclare fièrement le Professeur Ricardo Chavarriaga de l’École Polytechnique suisse.

À l’heure actuelle, les travaux ont tellement bien avancé que le premier prototype a déjà vu le jour et a été présenté à San Francisco lors d’une conférence de développeurs : connecté à un logiciel et à un casque cérébral, le téléviseur Samsung n’est pas totalement au point, mais ce n’est qu’une question de temps.

« Pour nous, c’est avant tout une affaire d’accessibilité. Quant à savoir si la technologie sera applicable un jour pour les fainéants professionnels ou pas, je n’en ai absolument aucune idée ! » s’exclame le Chargé des affaires publiques chez Samsung Electronics en Suisse Martin Kathriner, qui rappelle que le projet Pontis n’est pas un moyen de devenir encore plus sédentaire que ne l’est la société actuelle, mais bien d’améliorer la condition physique des plus malades.

 

Une mise au point ingénieuse et futuriste

Pour permettre de connecter notre cerveau à l’écran de télévision, les développeurs de Samsung ont mis au point un système extrêmement bien pensé : à l’aide d’un casque souple muni de 64 capteurs et qui épouse parfaitement la forme de notre crâne, l’utilisateur aura en sa possession un petit appareil où les mouvements oculaires devront être paramétrés (également appelé « oculomètre » en médecine moderne) : à partir des clignements, les chaînes pourront être zappées et le volume augmenté ou diminué.

Plus étonnant encore, les chercheurs de Samsung sont présentement en train d’analyser nos ondes cérébrales pour tenter de comprendre le fonctionnement de notre esprit lorsque nous regardons la télévision. Au fil du temps, l’entreprise espère même suggérer des programmes télévisés aux utilisateurs, sans qu’ils n’aient à bouger les yeux.

Bien que le projet avance à grands pas, quelques questions subsistent malgré tout : il faut savoir que le casque doté de capteurs se met sur la tête à l’aide d’un gel.

Sachant que le but de ce téléviseur est de faciliter la vie aux personnes ne pouvant manipuler la télécommande elles-même, il leur sera d’autant plus difficile d’appliquer ce gel sans aide extérieure…

Quoi qu’il en soit, le projet Pontis est à saluer et marque, à coup sûr, le début d’une nouvelle ère…


Partagez l'article

>