Pratiquer une activité sportive régulière est depuis de nombreuses années très recommandé. Que ce soit pour ses bienfaits prouvés aussi bien sur l’état physique que sur le moral ou encore ses effets préventifs, le sport est, dans sa généralité, un mode de vie à ne pas négliger.

Publicité

Toutefois, le corps, soit l’exécuteur de n’importe quel mouvement sportif, ne suit pas toujours la cadence. Loin d’être un caprice ridicule dû à une humeur particulièrement faignante, l’allergie au sport semble être un fait bien réel.

Un vrai problème

Ça semble tout droit sorti d’un cas relaté lors d’une série télévisée du genre médical et pourtant, c’est bien réel : être allergique au sport est un cas reconnu par les spécialistes. et il toucherait 2 % de la population.

Cela paraît être un pourcentage plutôt faible, mais rien pour les conséquences d’une telle anomalie sur le corps et l’état d’esprit de la personne atteinte, il est important de rester sur ses gardes. Les chercheurs ne sont pas beaucoup avancés quant à l’origine de l’allergie au sport, mais de nouvelles pistes semblent se dévoiler grâce aux différents cas recensés et diagnostiqués.

Le nom de cette réaction allergique est « l’anaphylaxie induite par une activité physique ». Il est en effet utile de préciser le mode d’induction, car elle survient particulièrement lors d’une séance de sport ou juste après. Les sports ciblés et qui sont de potentielles causes de cette allergie singulière sont le jogging, le tennis ou encore la danse. Des activités qui sont connues pour être vigoureuses donc, mais dans certains cas, la marche seule peut déclencher l’allergie très gênante.

Elle est appelée allergie, car le corps produit les mêmes anticorps hautement réactifs présents dans les autres types d’allergies. D’autres molécules naturelles telles que l’histamine ont également été impliquées dans l’anaphylaxie induite par le sport et causent globalement les mêmes symptômes.

US Air Forces Central Command

Vigilance et motivation

Toute personne doit se poser les bonnes questions si elle est souffrante d’urticaires, de peau enflée et même de problèmes digestifs après une session de sport intense. Selon les experts, un tel cas serait également lié à une allergie alimentaire qui, associée avec une activité sportive, pourrait déclencher des réactions plus ou moins exacerbées pouvant même conduire à une insuffisance circulatoire sérieuse.

Cette sorte de sous-catégorie est appelée « anaphylaxie induite par une activité sportive dépendante de l’alimentation ». Les aliments visés par les observations vigoureuses des personnes du domaine sont les suivants : le blé, le maïs et quelques grains, le soja, les arachides, les haricots, les tomates, le lait, les crustacés et la viande. Même la laitue et le riz sont compris dans la liste d’aliments « à risque », selon Medscape.

Aucun traitement n’a été mis en place pour l’allergie au sport, mais quelques conseils sont bons à prendre tels que réduire l’intensité de l’activité sportive et espacer les repas. Toutefois, ce n’est pas une excuse pour payer un abonnement en salle sans jamais se présenter, car la motivation est la clé.


Partagez l'article

>