La nature regorge de créatures aussi magnifiques que mystérieuses et certaines sont tellement habiles que personne n’a jamais réussi à les capturer même en images. Alors que les scientifiques pensaient ne jamais parvenir à le piéger, un calmar en corne de bélier jusqu’à présent insaisissable vient d’être filmé pour la première fois dans son milieu naturel grâce à un véhicule télécommandé (ROV).

Publicité

Le Spirula spirula est un petit céphalopode à l’apparence assez inhabituelle, d’à peine 7 cm de longueur. Possédant 8 bras, deux tentacules et des yeux globuleux, il ressemble étrangement à un Muppets. Sa queue abrite une coque enroulée dotée d’une chambre à gaz qui l’aide à flotter — cette dernière caractéristique n’existe que chez la seiche.

Les auteurs de cet exploit n’avaient pourtant pas la moindre idée de cette présence en entamant les recherches à l’aide du ROV au Schmidt Ocean Institute. Leur étonnement est d’ailleurs parfaitement audible sur l’enregistrement réalisé en direct sur la Grande Barrière de Corail à environ 850 à 860 mètres de profondeur.

Publicité

Partagée en ligne, la séquence est une grande première, d’autant plus qu’elle concerne l’environnement le plus immense et le plus énigmatique jamais observé sur l’ensemble du globe terrestre.

Passionné par les calmars depuis très longtemps, le zoologiste Michael Vecchione du Smithsonian National Museum of Natural History, a exprimé son enthousiasme face à cette découverte fortuite, mais toutefois incontestable.

L’autre spécificité de ce mollusque est son positionnement dans l’eau ; sa tête, ses bras ainsi que ses tentacules sont orientés vers le bas, alors que l’extrémité et la coquille sont plutôt relevées. Cette observation étant faite dans un aquarium, les scientifiques ont cru qu’elle serait également valable dans la zone crépusculaire de l’océan. Mais ils ont vite abandonné cette hypothèse à cause de l’organe générateur de lumière (photophore) de l’animal. En effet, cette lumière devrait automatiquement se tourner vers le haut, ce qui la rendrait tout à fait inutile — Sa mission étant de protéger son propriétaire d’éventuels prédateurs. Vecchione pense donc que cette position doit être provisoire, mais il n’en sait pas plus, malheureusement.

Publicité

Le calmar, bien décidé à surprendre ses « spectateurs » leur a laissé un petit souvenir en partant, ou du moins, c’est ce qui leur a semblé en voyant un peu d’encre colorer les eaux profondes de l’océan. Pour Vecchione cela pourrait être simplement une tactique de diversion ou d’autodéfense, même si cette capacité est connue pour être très limitée chez Spirula.

Cette rencontre inattendue a été une belle occasion pour les chercheurs d’en savoir plus sur ce calmar à cornes de bélier. Elle semble également avoir permis à ce dernier de faire enfin son « petit numéro » devant un ROV lorgnant.


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>