Le ciel et l’Univers en général ont toujours fasciné et intrigué l’être humain : décrite comme étant « la première des sciences », la communauté scientifique s’accorde à dire que l’astronomie est un domaine qui remonte au moins à la Préhistoire.

Publicité
Publicité

Ainsi, depuis la découverte des astres et des planètes qui nous entourent, partir à la découverte de l’infiniment grand fait partie de nos souhaits les plus chers.

Et à ce propos, la NASA, pionnière en matière d’exploration du système martien, est censée atterrir sur Mars dès ce soir, et nous pourrons voir ce qui s’y passe en direct…

Publicité

Un évènement unique à ne surtout pas rater

Lancée le 5 mai 2018 à partir de la base militaire de Vandenberg en Californie, la sonde spatiale franco-américaine nommée InSight devrait se poser sur le sol martien en début de soirée, à 20 h 53 précises (heure de Paris).

C’est donc après 6 mois de voyage dans l’espace et pas moins de 548 millions de kilomètres parcourus que l’atterrisseur fixe, doté de nombreux systèmes de surveillance et divers outils d’analyses, arrivera à destination pour tenter de mener à bien sa mission : étudier toutes les faces cachées de la planète rouge pour comprendre pourquoi ses lacs sont complètement desséchés, ou la raison pour laquelle les volcans n’y sont plus en activité…

Publicité

En effet, Mars InSight dispose, entre autres, d’un sismomètre d’une précision sans égale qui mesurera notamment les ondes et les mouvements sismiques de la planète, et sera même capable de prédire, grâce à un capteur souterrain, la température moyenne de son noyau : « InSight n’est pas du tout la première mission qu’on envoie sur ou autour de Mars. Mais ce qu’on n’a jamais fait, c’est de regarder à l’intérieur de Mars » déclare le Directeur de recherche au CNRS, planétologue et astrophysicien François Forget.

Si tout se passe comme prévu, la planète, qui n’a pas été sondée depuis plus de 6 ans maintenant, n’aura donc plus aucun secret pour nous…

Un atterrissage qui angoisse toute la communauté scientifique

Même si tout a minutieusement été calculé au millimètre près pour que son atterrissage se fasse dans les meilleures conditions, un risque d’échec existe malgré tout, que les astrophysiciens du monde entier appellent d’ailleurs « les sept minutes de terreur ».

Publicité
Publicité

Ainsi, il faut savoir qu’avant de se poser sur la plaine Elysium Planitia, une région volcanique martienne, l’atterrisseur InSight devra, comme tous les autres engins spatiaux envoyés sur Mars avant lui, pénétrer dans son atmosphère sans aucune intervention humaine, en supportant ses températures qui atteignent les 1 500 degrés, tout en réussissant à ralentir correctement sa vitesse (pour passer de 21 000 km/h à l’arrêt total) en exactement 420 secondes.

« Au moment [de] l’atterrissage, il y a un délai suffisamment important pour que nous ne puissions pas contrôler le véhicule depuis la Terre. Tout doit être complètement autonome et automatisé » rappelle le Responsable des systèmes d’atterrissage de la Mission InSight Rob Grover.

Bien que les chercheurs soient optimistes quant à l’atterrissage de ce soir, rappelons tout de même que moins de 50 % des véhicules envoyés sur Mars ne parviennent à destination sans encombre : sur 42 explorations martiennes au total, seules 20 d’entre elles ont abouti.

Publicité
Publicité

Quoi qu’il en soit, nous pouvons dès à présent suivre l’arrivée d’InSight en direct sur le site officiel de la NASA, sur Youtube, ou encore sur Facebook.


Partagez l'article

Publicité

Send this to a friend