Notre esprit nous joue souvent des tours. Ainsi, nous aurions parfois l’impression qu’une idée, une phrase ou un mot nouvellement acquis nous apparaissent soudain dans tout ce qui nous entoure — que ce soit via les médias ou lors d’une simple conversation entre amis. S’agit-il d’une coïncidence ? En fait, ce genre de situations représente un phénomène très répandu qui porterait même deux noms : « Illusion de fréquence » ou phénomène de « Baader-Meinhof ».

Publicité
Publicité

C’est Arnold Zwicky, Professeur de linguistique à Stanford qui, en 2006, a attribué le terme d’« illusion de fréquence » à ce curieux sentiment qui serait selon lui, le fruit du travail de notre cerveau en utilisant deux processus psychologiques.

Le premier processus est un élément lié à notre faculté de perception, l’« attention sélective ». Celle-ci nous permet de nous focaliser sur certaines choses et d’en négliger d’autres, car il serait fort difficile pour notre cerveau de se concentrer simultanément sur toutes les informations sensorielles qui nous parviennent. De ce fait, lorsque nous apprenons un nouveau mot, une nouvelle phrase ou une nouvelle idée, notre cerveau se concentre dessus tout en accordant relativement moins d’attention au reste. Notant que jusque là, le cerveau était imperméable à cette nouvelle information.

Publicité

Quant au second processus identifié par Zwicky, c’est le « biais de confirmation ». Celui-ci nous rapporte exagérément qu’à chaque fois que nous revoyons le nouveau mot, il s’agit d’une preuve que cela se produit de plus en plus souvent. Et vu que nous n’avions pas remarqué le mot plus tôt, cela voudrait tout simplement dire qu’il ne devait pas encore être là.

Un nouveau mot que vous avez appris apparaît partout? cela est dû au phénomène ''Baader-Meinhof'' - psychologie, insolite - Université Stanford, travail, Sentiment, Sens (physiologie), psychologie, Probabilité, Phrase, phénomène, perception, Nom (grammaire), Mot, Linguistique, Journal, Information, Illusion de fréquence, illusion, Idée, Genre grammatical, Fréquence, cerveau, Biais de confirmation, Baader-Meinhof, attention
Baader-Meinhof

Mais surtout, comme son nom l’indique, ce n’est qu’une illusion. Le cerveau humain est enclin à percevoir des attitudes toutes faites en relation avec des tendances ou des schémas quelconques. Lorsqu’il remarque l’apparition répétée d’une nouvelle information, il ne peut s’empêcher de rechercher cette information partout ailleurs.

Publicité
Publicité

Plus d’une décennie avant Zwicky, nous utilisions le terme de Baader-Meinhof pour désigner ce phénomène. Ce nom aurait pour origine Terry Mullen ; un lecteur du journal St Paul Pioneer Press dans le Minnesota. Mullen, sous le pseudonyme « Gigetto on Lincoln » écrit à ce quotidien dans sa rubrique « Bulletin Board » qui invite les lecteurs à diffuser des anecdotes amusantes ou intéressantes. Selon Pioneer Press du 16 octobre 1994, voici ce que Mullen avait écrit : « (…) le phénomène est nommé d’après un incident au cours duquel je parlais à un ami de la bande de Baader-Meinhof (et cela se passait de nombreuses années après leur parution dans les actualités). Le lendemain, mon ami m’a téléphoné et m’a renvoyé à un article du journal de ce jour-là dans lequel il était question du gang Baader-Meinhof. Quelle surprise ! ».

En 2006 en contactant Alan Bellows de Damn Interesting, Mullen semblait surpris par la façon dont le phénomène avait pris son essor plus de dix ans après l’avoir inventé.

En réalité, nous, humains, avons tendance à sous-estimer grossièrement la probabilité des évènements de coïncider. Il y a tellement de choses qui se passent tout le temps dans nos environnements que les coïncidences ne sont pas aussi rares qu’il n’y paraît. Nous ne les remarquons tout simplement pas la plupart du temps, car nous portons souvent notre attention ailleurs…


Publicité