Stonehenge, dont le nom signifie « pierres suspendues » est la plus grande structure préhistorique d’Europe, située dans la plaine de Salisbury, dans le sud-ouest de l’Angleterre.

Le mystère entoure toujours l’origine des pierres de Stonehenge qui reposent sur les collines du comté de Wiltshire.

Lorsqu’en 1958, des archéologues ont entrepris de reconstruire l’un des trilithons tombés du Henge, lesquels représentent une structure formée de deux grandes pierres verticales avec une troisième pierre posée horizontalement sur le dessus, un morceau de cet impressionnant chef-d’œuvre a mystérieusement disparu sur le site préhistorique.

Il s’agit de trois « noyaux » de pierre en forme de tubes cylindriques.

L’un des collaborateurs de ce projet, Robert Phillips de Van Moppes, a réussi à s’approprier l’un des noyaux qui trônera sur son bureau, tel un trophée de chasse, pendant de nombreuses années.

Ce n’est qu’à la veille de son 90e anniversaire qu’il décide de restituer son souvenir préféré à English Heritage.

English Heritage

« Notre père s’est toujours intéressé à l’archéologie et reconnaît l’énorme importance que revêt cette pièce du monument recueillie par ses soins. Il souhaite que celle-ci soit renvoyée à Stonehenge », s’est exprimé le fils de Robert, Lewis Phillips, dans une déclaration.

Il ajoute : « Nous sommes tous ravis que le noyau soit de retour à la maison, surtout qu’il sert présentement à faire avancer d’importantes recherches. ».

Le noyau en question. English Heritage

« Les archéologues et les géologues discutent depuis des années de l’origine des pierres utilisées pour construire Stonehenge. », a déclaré le Professeur David Nash de l’Université de Brighton, qui étudie la composition chimique des pierres de sarsen. « Nous estimons qu’il serait sage de penser que toutes les pierres viennent des Marlborough Downs relativement proches, mais les premiers résultats de notre analyse laissent entrevoir qu’en fait, les sarsens pourraient provenir de plus d’un endroit. On espère bien que notre empreinte géochimique des sarsens in situ à Stonehenge et du noyau lui-même, nous indiquera la provenance des différentes pierres, comparaison faite avec des échantillons provenant de régions du sud de l’Angleterre ».

Cependant, les deux autres noyaux demeurent introuvables. « Ils sont peut-être encore quelque part et si quelqu’un avait des informations à ce sujet, nous aimerions les connaître », a déclaré Heather Sebire, conservatrice de Stonehenge chez English Heritage.


Partagez l'article

>