Plus de 3 500 ans après sa chute, la civilisation maya demeure aujourd’hui une source intarissable de recherches et de fascination. Ce peuple, qui fût implanté en Amérique centrale (en particulier au Mexique, au Belize et en Honduras), s’est distingué par ses avancées impressionnantes dans de multiples domaines comme l’art ou l’astronomie.

Publicité
Publicité

Des scientifiques du monde entier ont étudié avec passion les diverses spécificités de cette société, et ils n’ont pas encore percé tous les mystères…

Une pierre ésotérique

Parmi les matériaux qui représentent à merveille cette période de l’histoire, on retrouve le jade. Cette pierre précieuse, aujourd’hui employée en joaillerie, avait une signification particulière dans les vieilles traditions mayas.

Publicité

Mais contrairement à l’époque dans laquelle nous vivons, elle n’était pas exclusivement destinée à l’ornementation. Elle fût notamment utilisée dans sa forme minérale (la jadéite) pour des travaux manuels. Parmi ceux-ci, le traitement du sel occupait une place de choix. Ce n’est donc pas un hasard si une équipe de chercheurs de l’Université de Louisiane a découvert récemment, au Belize, une fabrique de sel maya qui contenait de la jadéite en parfait état.

« La jadéite translucide de haute qualité était en général utilisée au cours des rites et autres cérémonies mayas », avancent les experts, sous la houlette de l’archéologue et anthropologue Heather McKillop.

Publicité

Ek Way Nal fait partie des 110 sites qui constituent la saline de Paynes Creek. Cette dernière, immergée dans le sud du Belize, se servait de la saumure pour produire du sel par un processus d’évaporation.

Un ancien outil maya fabriqué à partir d'un matériau inattendu retrouvé dans une saline - insolite, geologie, anthropologie - travaux, Sel alimentaire, science, Saumure, Rite, poisson, Pierre précieuse, mineral, Mexique, Mésoamérique, Joaillerie, Jadéite, Honduras, Genre (sciences sociales), Évaporation, découverte, Civilisation maya, Boucle d'oreille, Bois, Belize, astronomie, archéologie, anthropologie, Amérique centrale
Le manche en bois haute qualité (palissandre) retrouvé avec la jadéite/Heather McKillop, LSU

Un usage encore mal expliqué

Selon l’équipe, la qualité de la jadéite retrouvée dans ce site était tout simplement exceptionnelle. Cette conservation avait de quoi surprendre étant donné la grande difficulté pour produire du sel naguère.

Publicité

Durant la période classique, une telle qualité de ce matériau était le plus souvent réservée à la confection de boucles d’oreille destinées à la royauté. Les chercheurs expliquent que ce genre d’objets servait entre autres à consolider des alliances ou à honorer les dynasties mayas.

Publicité

Pour McKillop, ces découvertes en disent long sur l’importance du commerce du sel chez les Mayas. Elle ajoute que « les affaires étaient tellement florissantes pour ceux qui travaillaient dans le sel que cela leur a permis de s’approprier des matériaux de haute qualité. »

Même si elle ne connaît pas encore exactement la manière dont la jadéite était utilisée, l’équipe exclut l’usage sur des matériaux durs comme le bois par exemple. ». On peut penser que la jadéite a pu servir à des fins plus souples au sein de la saline, à l’instar du découpage et grattage du poisson », concluent les auteurs.

Publicité
Publicité

Publicité