Lorsque l’on s’engage dans une relation amoureuse, on sait que c’est pour le meilleur et pour le pire. On s’attend à partager les bons comme les mauvais moments de la vie commune. Mais il semblerait que cela aille beaucoup plus loin que ce que l’on croyait. Apparemment, la santé cardiaque des personnes qui vivent ensemble est régie par les mêmes facteurs. 

Publicité

Ces conclusions ont été obtenues à partir d’une récente étude qui s’est intéressée à plus de 5 300 couples aux États-Unis.

La cardiologue Samia Mora, du Brigham and Women’s Hospital et de la Harvard Medical School, à Boston, a expliqué qu’ils présentaient, pour la plupart, des facteurs de risque très sérieux quant à leur santé cardiaque.

Publicité

La recherche s’est basée sur une évaluation de 7 de ces éléments, dont le tabagisme, le sport, la masse corporelle, l’alimentation, la glycémie, le cholestérol et la tension artérielle. Cela concernait un programme de bien-être offert par le Laboratoire Quest Diagnostics à ses employés.

Les scientifiques ont obtenu les renseignements nécessaires grâce à des questionnaires, des tests physiques et des expériences en laboratoire.

Les mentions attribuées aux participants, âgés de 39 à 53 ans, pour chaque catégorie LS7, variaient entre médiocre, intermédiaire et idéal. En additionnant les notes, les experts parvenaient à faire un diagnostic.

Publicité
CC BY 2.0, Alper Çuğun/Flickr

Les résultats ont révélé que les scores étaient conformes pour la quasi-totalité des duos. Autrement dit, si l’un était classé dans une catégorie idéale pour un facteur de risque par exemple, il est très probable que l’autre soit dans le même cas.

D’un autre côté, les gens ont plutôt tendance à prendre exemple sur leurs conjoints, pratiquement dans tous les aspects de leur vie. Qu’il s’agisse d’arrêter de fumer, de suivre un régime, de faire plus de sport ou de manger plus sainement, si l’un s’y met, l’autre le suit inévitablement.

Les mêmes affirmations ont été faites par une enquête plus ancienne menée sur les couples italiens, belges, anglais et coréens.

Publicité

La nouvelle recherche a toutefois négligé des facteurs susceptibles d’avoir un impact sur la santé cardiaque. Nous parlons notamment du stress financier ou le manque de sommeil, sans oublier les causes héréditaires.

Elle n’a pas non plus pris en compte la durée de vie des couples, qui favorise apparemment l’imitation du mode de vie de l’autre dans les moindres détails.

Outre l’importance d’établir une stratégie thérapeutique familiale au lieu de se concentrer sur les méthodes individualistes, les auteurs de l’article espèrent que leur travail incitera la population à se remettre en question au quotidien pour préserver leur santé et celle de leur moitié.

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>