Si la naissance d’un enfant est l’un des évènements les plus importants qui puissent arriver dans la vie d’un être humain, les 9 mois qui la précèdent, en revanche, peuvent se révéler être un véritable enfer pour la future maman : nausées, crises de larmes, fatigue… autant de symptômes qui sont particulièrement éprouvants à vivre, et ce, sans compter les douleurs au ventre qui se veulent de plus en plus vives.

Publicité

À ce propos, un groupe de scientifiques anglais s’est penché sur les causes qui poussent le fœtus à donner des coups de pieds dans le ventre de sa mère : s’il est normal qu’un bébé bouge autant, les raisons pour lesquelles il le fait sont on ne peut plus surprenantes…

Une étude complète qui en dit long sur notre vie intra-utérine

Dirigée par une équipe de chercheurs de l’Université de Londres, une étude a permis de faire une découverte étonnante : lorsqu’un enfant à naître donne des coups de pieds dans le ventre de sa maman, c’est parce qu’il souhaite découvrir son propre corps ainsi que son environnement direct, comme s’il tentait de cartographier littéralement tout ce qui se trouve autour.

Pour en arriver à cette conclusion, les auteurs ont examiné les ondes cérébrales de 19 nouveau-nés âgés de 2 jours ainsi que de quelques prématurés, car ces derniers agissent exactement comme s’ils étaient toujours dans l’utérus de leur mère.

Après leur avoir fait passer plusieurs EEG (ou électroencéphalogramme) durant leur sommeil, les scientifiques ont remarqué que le cortex somatosensoriel des nourrissons s’activait automatiquement après avoir donné un coup de pied.

Curieusement, ces ondes cérébrales se voulaient nettement plus prononcées chez les prématurés.

« Nous savons que les mouvements spontanés et les réactions relatives à l’environnement au début du développement sont indispensables à une bonne cartographie du cerveau chez des animaux tels que les rats. Ici, nous avons montré que cela pouvait aussi être vrai chez l’être humain » affirme le Docteur Lorenzo Fabrizi.

Sergio santos, Flickr

Une théorie parmi tant d’autres

Ce n’est évidemment pas la première fois que la communauté scientifique s’intéresse de près aux mouvements in utero des fœtus, mais diverses théories existent à ce sujet.

Ainsi, pour certains, ces coups de pieds, qui se veulent totalement involontaires, sont tout simplement un moyen pour l’enfant à naître d’étirer son corps pendant son développement : « Le bébé doit bouger [dans l’utérus] pour être en bonne santé après la naissance, en particulier pour ses os et ses articulations » déclare la Doctoresse en biomécanique du développement de l’Imperial College de Londres Niamh Nowlan.

Il faut savoir que même si ses mouvements ne sont ressentis par la mère qu’à partir de la 15e semaine, le fœtus commence en réalité à bouger dès la fin du 2e mois (notamment la tête, le cou, les bras et les mains).

De même, une étude datant de mars 2018 suggère que les coups de pieds du fœtus ne sont que des réflexes ordonnés par son cerveau pour vérifier que ses os et ses articulations sont solides : « Il existe certaines interactions moléculaires clés, stimulées par le mouvement, qui guident les cellules et les tissus de l’embryon dans la construction d’un squelette à la fois robuste et malléable » explique la Professeure Paula Murphy du Trinity College de Dublin, avant d’ajouter « qu’en l’absence de mouvement embryonnaire [donc de coups de pied], les cellules devant former le cartilage articulaire reçoivent des signaux moléculaires incorrects ».

Pour ainsi dire, les mouvements du fœtus servent à s’assurer que le squelette se forme normalement.


Partagez l'article

>