Les chiens jouent un très grand rôle dans notre vie. Ils nous tiennent compagnie, gardent nos maisons et servent parfois de guides aux personnes non voyantes. C’est, probablement, la race la plus fidèle à son maître. Les enfants les adorent et les adultes aussi.

Publicité

Aujourd’hui, de plus en plus de races de chiens sont issues de croisement entre deux autres races. Le Labradoodle en est un exemple. C’est un croisement entre le Labrador et le caniche royal. Malheureusement l’éleveur de cette race n’en est pas très fier.

Qui est le premier Labradoodle ?

C’est M. Conron qui, en 1989, avait créé cette race à l’époque où il travaillait pour la Royal Guide Dogs Association of Australia. Tout a commencé lorsqu’un jour, une femme lui demanda un chien guide hypoallergénique, car son mari ne supportait pas les chiens aux poils longs. Le couple vivait à Hawaii.

C’est là que M. Conron décida d’associer un caniche un Labrador pour créer un Labradoodle, qu’il a appelé Sultan. Cependant, l’éleveur a vite perdu son enthousiasme, en se rendant compte qu’il venait de « donner naissance » à un monstre qui souffrait de problèmes mentaux et physiques.

Publicité

Outre le fait que c’était contraire à l’éthique, cette race était un véritable désastre, selon lui.

Il reconnaît, aujourd’hui avoir, causé d’énormes dégâts à l’élevage en général. Il regrette d’avoir créé « une race instable et folle », d’après ces déclarations.

Wally Conron, le créateur du labradoodle, qui dit maintenant que c’est l’un de ses plus grands regrets dans la vie. ABC RN/Fiona Pepper.
Contenu sponsorisé

Des avis mitigés

En décrivant les Labradoodles, Mme Amy Murphy, présidente du club Australian Labradoodle Of America et élévatrice de cette race depuis 2006, affirme que ce sont des chiens joyeux qui adorent s’amuser, mais qui détestent la solitude.

Publicité

Si certains pensent que ces bêtes sont des mutants fous, d’autres s’en vantent sur les réseaux sociaux, fiers de leur capacité à comprendre les ordres de leur maître. Ce qui est, selon eux, un signe d’une grande intelligence.

 Mr Gosling, le Patron de Mr Conron, lui aussi, a trouvé cette race fantastique. D’ailleurs, Sultan, le premier chien Labradoodle a eu droit à des funérailles dignes d’un membre de la famille, puisqu’il a été enterré aux côté du défunt père de Gosling.

Le Labradoodle compte aujourd’hui, des fans dans toutes les classes de la société, même parmi les grandes stars du cinéma, à l’instar de Jennifer Aniston, Christine Brinkley, Tiger Woods et Neil Young. Il paraît que la famille du président Obama avait pensé à en adopter un. C’est vous dire, l’ampleur du phénomène !

Quoi qu’il en soit, Mr Conron est loin d’être fier de sa création. Il blâme les usines pour chiots et les éleveurs sans scrupules qui ne cherchent qu’à augmenter leurs bénéfices, en produisant un nombre incontrôlable de chiens déséquilibrés qu’on finirait certainement par abattre.

L’éleveur est déçu de voir qu’il n’a réussi qu’à rendre les charlatans encore plus riches. Il est vrai qu’au départ, il avait l’ambition de créer un chien-guide, non un accessoire de mode. Selon ses déclarations à la Australian Broadcasting Corporation, l’homme s’étonne de voir qu’on élève encore ces chiens !

On dit que l’enfer est pavé de bonnes intentions. L’expérience de M.Conron en est une preuve vivante. En voulant aider une femme à mieux vivre sa cécité, il se retrouve avec des remords de consciences, probablement jusqu’à la fin de ses jours.

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>