Il arrive très souvent, que l’on soit gêné par une petite quantité d’eau qui serait restée dans son oreille après une séance de natation ou de plongée. Il est donc, à ce moment-là, tout à fait naturel d’essayer de faire sortir ce liquide par n’importe quel moyen, sans savoir si c’est inoffensif pour sa santé. 

Publicité
Publicité

D’ailleurs, un des gestes les plus courants chez les jeunes plongeurs, après avoir été en contact avec l’eau, est de secouer fort la tête pour éviter que l’eau piégée dans leur canal auditif ne puisse leur causer de problèmes.

Mais il se trouve que cette méthode n’est pas sans risques. Il semblerait qu’elle soit à l’origine de graves lésions cérébrales chez les plus petits.

Publicité

Il est vrai que l’eau coincée dans le conduit auditif peut avoir des effets déplaisants, prenez « l’otite du nageur » pour exemple ; il s’agit d’une infection causée par une bactérie qui se développe dans un environnement humide. 

De graves démangeaisons dans le canal auditif mettent la personne dans une situation d’inconfort qui va en s’aggravant. Ceci dit, on doit faire attention à la manière dont on évacue cette eau.

Publicité
Publicité

Des chercheurs de l’Université Cornell et de Virginia Tech se sont intéressés, de très près, à ce sujet. Ils ont alors mené une étude dans ce sens.

Leur expérience consistait à simuler un canal auditif par des tubes de verre, de différents diamètres, fermés à une extrémité. Ils ont laissé tomber les tubes sur un ressort, représentant ainsi la façon dont un enfant secouerait la tête.

Cette recherche se base sur la vitesse à laquelle on doit effectuer ces mouvements pour évacuer l’eau du lobe de l’oreille.

Pourquoi il ne faut jamais secouer sa tête pour évacuer l'eau de ses oreilles - sciences-et-technologies, sante-et-medecine - Université Cornell, Trompe d'Eustache, Tension superficielle, santé, Plongée sous-marine, Oreille externe, oreille, Natation, Maladie infectieuse, Liquide, Lésion cérébrale, Institut polytechnique et université d'État de Virginie, Fluide (matière), expérience, environnement, enfant, eau, cerveau, bactérie
Porapak Apichodilok/Pexels

Le chercheur Anuj Baskota affirme que ses expérimentations ont révélé que l’accélération en question était nettement supérieure à la force de gravité pour la taille des oreilles des nourrissons. Ce qui est susceptible d’endommager le cerveau.

Publicité
Publicité

Cette accélération est vraisemblablement plus élevée dans les tubes de plus petite taille. Ce qui laisse penser que cela demanderait plus d’efforts à un enfant de se débarrasser de l’eau piégée dans son oreille, étant donné que son conduit auditif est de taille inférieure à celui d’un adulte. 

En somme, plus on est jeune, plus on est exposé aux risques que peut entraîner ce geste.

Ces expériences ont indiqué que ce qui permettait à l’eau de rester coincée dans les canaux auditifs était entre autres, la tension superficielle du fluide

Publicité

C’est pourquoi il existe d’autres moyens de s’en débarrasser que de secouer la tête. À la place, il serait préférable de faire couler l’eau en en réduisant la tension superficielle. 

Pour cela, quelques gouttes d’un liquide avec une tension superficielle inférieure à l’eau dans l’oreille, comme le vinaigre ou l’alcool, feraient l’affaire.

Nous faisons tous des gestes que l’on croit anodins et nous regardons nos enfants les faire à leur tour jour après jour, sans se préoccuper des conséquences qu’ils peuvent avoir. Il serait peut-être temps de voir les choses autrement.

Publicité
Publicité

Publicité