Les scientifiques viennent d’apporter la preuve que les humains continuent toujours d’évoluer. Cela concerne une anomalie physiologique — si l’on peut l’appeler ainsi — de plus en plus présente dans notre corps, plus précisément à l’avant-bras. Il s’agit de l’artère médiane chargée de fournir du sang au fœtus avant la huitième semaine de gestation, ou le développement des deux artères, pour disparaître juste après. Seulement, depuis quelque temps, cela ne se passe pas exactement comme prévu.

Publicité

Selon une étude publiée dans le Journal of Anatomy, il est de plus en plus courant de voir des adultes garder les trois artères. Les chercheurs ont qualifié ce phénomène de micro révolutionnaire, affirmant que 35 % des personnes sont touchées par ce changement. Et au train où vont les choses, toute la population née dans 80 ans sera également concernée, d’après les nouvelles données.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’on avait commencé à s’intéresser à la présence d’une artère médiane chez l’adulte, depuis 1995. Et après qu’on a enregistré un taux de 10 % pour les individus nés dans les années 1880, le chiffre a vite augmenté pour atteindre les 30 % vers la fin des années 1900.

Publicité

Cependant, si la proportion aboutit à 50 %, on ne parlera plus de malformation, mais d’une anatomie tout à fait ordinaire. Cela risque de se produire plutôt que nous le pensions, car il est clair que la prévalence de l’artère médiane chez les adultes est toujours en hausse.

Croquis d’un vaisseau artériel médian qui alimente en sang l’avant-bras et la main humaine.
Professeur Maciej Henneberg

Cela a été confirmé par Teghan Lucas, qui renvoie cela à une mutation de gènes responsables du développement médian de l’artère, ou à des soucis de santé chez la maman pendant la grossesse, voire les deux à la fois. Quoi qu’il en soit, il est possible que cela devienne encore plus répandu d’ici 2100.

S’appuyant sur le fait que l’anatomie humaine a subi d’autres modifications telles que l’absence de dent de sagesse, Lucas en a conclu que notre espèce est en train de connaître le rythme d’évolution le plus rapide de son histoire, depuis 250 ans environ.

Publicité

Pour sa part, le Professeur Maciej Hennenberg, et co-auteur de l’article, explique que l’artère médiane joue un rôle très important dans l’approvisionnement sanguin du corps, comme elle peut être une alternative dans certaines chirurgies. C’est certainement une bonne nouvelle, d’autant plus que les générations actuelles semblent présenter une prédominance de l’artère médiane nettement plus conséquente que leurs prédécesseurs. Les Australiens en sont un exemple vivant, affirme Hennenberg, car ils sont pour la plupart, en possession de cette artère, et le processus n’a pas du tout l’air de vouloir s’arrêter.


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>