Le régime ultime pour une santé optimale fait toujours l’objet d’un grand débat public, mais, en fait, ce n’est pas seulement ce que nous mangeons qui est essentiel pour une bonne santé, mais aussi quand nous le mangeons…

Publicité

Horloge biologique, métronome du corps

Selon une étude menée en Californie et publiée dans la revue Cell Metabolism, les problèmes de santé associés aux perturbations de l’horloge biologique chez les souris — liés à l’alimentation, aux anomalies génétiques ou à l’hygiène du travail chez l’homme — peuvent être corrigés par la consommation de toutes les calories habituellement prises en 24 heures sur 10 heures.

« La journée commence pour beaucoup d’entre nous avec une tasse de café le matin, et se termine par une collation au coucher, 14 ou 15 heures plus tard. », indique le Professeur Satchidananda Panda de Salk Institute. Il ajoute : « Cependant, et indépendamment de notre horloge biologique, limiter la consommation alimentaire à 10 heures par jour et jeûner le restant du temps peut aboutir à une meilleure santé ».

Publicité

Les chercheurs ont démontré que l’horloge biologique, un dispositif de chronométrage inné, anime les rythmes circadiens de tout organisme vivant. Ces rythmes calés sur un cycle d’une journée, soit 24 heures, établissent un équilibre corporel en régulant un grand nombre de nos fonctions biologiques et comportementales. Au sens strict, ils déterminent où et quand certains gènes doivent fonctionner, tels que les gènes de la digestion, qui sont plus actifs plus tôt dans la journée.

De nombreuses preuves indiquent que la perturbation des rythmes circadiens est associée à une grande variété de conséquences néfastes pour la santé, notamment un risque accru d’obésité et de syndrome métabolique lié aux troubles de l’alimentation.

Tumisu, Pixabay

Une expérience révélatrice

Pour cette même étude, les chercheurs ont désactivé les gènes responsables du maintien de l’horloge biologique chez des souris, y compris ceux qui régulent les fonctions métaboliques du foie. Ils ont ensuite divisé les souris en deux groupes et les ont soumis à un régime riche en graisses ; le premier avait accès à de la nourriture 24 h/24, tandis que l’autre prenait la même quantité de calories pendant une durée de 10 heures seulement.

Publicité

Comme prévu, les souris du groupe qui pouvait se nourrir à tout moment sont devenues obèses et ont développé des maladies métaboliques. Les autres rongeurs sont restés maigres et en bonne santé, même s’ils ne disposaient pas d’une horloge biologique interne et qu’ils étaient donc génétiquement programmés pour être malades.

Selon les chercheurs, cette étude affirme que le rôle principal de l’horloge interne est de déterminer à quel moment l’animal doit manger et à quel moment il doit rester à l’écart de la nourriture. Lorsque cette horloge est perturbée chez l’homme, en raison de travailler en rotation, ou si elle est compromise à cause de défauts génétiques, l’équilibre corporel se rompt et les maladies métaboliques se produisent.

Avec l’âge, nos horloges biologiques s’affaiblissent et le risque de développer des maladies métaboliques s’accroît. Mais la bonne nouvelle est qu’un mode de vie simple, comme manger sur 10 heures, peut restaurer le métabolisme de base et empêcher certaines maladies, assure le Professeur Panda : « Beaucoup d’entre nous ont un ou plusieurs gènes défectueux qui nous rendent impuissants et destinés à être malades. De découvrir qu’un bon mode de vie peut combattre les effets néfastes des gènes défectueux, suscite un nouvel espoir pour rester en bonne santé ».

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>