Qui d’entre nous ne s’est pas réveillé brusquement en plein milieu de la nuit avec le cœur battant la chamade après avoir fait un terrible cauchemar ?

Publicité

Nous avons tous été confrontés, certains plus que d’autres, à ces mauvais rêves qui n’ont souvent aucun sens, mais qui ont pour point commun de nous terroriser jusqu’aux sursauts et hurlements parfois.

Même si les rêves font partie des phénomènes que les scientifiques peinent toujours à expliquer, ces derniers affirment que rêver de mourir peut provoquer la mort dans la vraie vie !

Publicité

Tentons d’expliquer ce qui se passe réellement lorsque des personnes réagissent violemment à leurs rêves en risquant de se faire du mal ou de nuire aux autres.

Les états du cerveau lors d’un sommeil normal étaient jadis très mal connus par les scientifiques pour qui le mystère était entier. Ce n’est qu’au milieu du 20e siècle qu’ils ont découvert les 3 phases du sommeil, à savoir la phase éveillée, le sommeil profond et le sommeil paradoxal.

C’est durant cette dernière phase que se produit la majeure partie des rêves, et ce aussi bien chez l’être humain que chez les autres mammifères étudiés.

Publicité

Il arrive que des personnes fassent preuve de violence envers d’autres personnes pendant leur sommeil. Ce sont des cas d’ivresse du sommeil durant laquelle la partie du cerveau qui contrôle les muscles se réveille avant les autres parties du cerveau.

Dans ce cas, le patient ne garde pas de souvenir de l’acte qu’il vient d’accomplir comme c’est le cas pour les somnambules. Aussi, il arrive que certaines personnes tiennent des propos incohérents ou crient pendant qu’elles dorment. Il s’agit alors de terreurs de sommeil qui surviennent souvent chez les enfants. Les cas que nous venons de citer ne nécessitent pas de traitement particulier.

Peinture Le Cauchemar ou Nachtmahr par l’artiste Henry Fuseli (1741–1825)

D’autres cas bien plus graves ont été observés par le Dr Meir H. Kryger, Professeur à la Yale School of Medicine dans le Connecticut.

Publicité

Ce sont des patients qui vivent physiquement ce dont ils sont en train de rêver. C’est alors le mécanisme de paralysie, censé se produire lors de la phase de sommeil paradoxal, qui ne fonctionne pas normalement.

Ce trouble du comportement du sommeil paradoxal peut, selon les spécialistes, avoir de terribles conséquences étant donné que le corps réagit au rêve tel qu’il est vécu par la personne.

Des cas de crise cardiaque suite à un cauchemar ont été rapportés chez des sujets ne présentant aucun risque cardiovasculaire.

Publicité

Le rapport entre les mauvais rêves et la survenue de crises cardiaques a été établi par une cardiologue de l’Icahn School of Medicine du Mont Sinaï à New York, le Dr Mary Ann McLaughlin.

Elle a déclaré que les crises cardiaques se produisent souvent tôt le matin. Il se trouve que les cauchemars sont fréquents durant cette période là.

Toutefois, les attaques cardiaques sont généralement liées à d’autres facteurs comme l’apnée du sommeil, le diabète, le tabagisme, etc.

Publicité

Le Dr McLaughlin assure qu’il est très rare qu’une personne en parfaite santé fasse un malaise cardiaque suite à un cauchemar.

Il est toutefois possible d’éviter le pire en traitant ces troubles du sommeil paradoxal qui peuvent s’avérer très dangereux, voire même fatals.

Il a été effectivement constaté que le clonazépam agit de façon spectaculaire sur ce type de trouble, même si les médecins n’ont pas d’explications quant à son action précise.

Publicité

Quoi qu’il advienne, ce médicament est efficace dès la première nuit après son administration et permet d’éviter le pire à ces personnes qui souffrent à chaque fois qu’elles vivent un mauvais rêve.


Partagez l'article

Publicité
>