Au musée nommé Maidstone Museum UK au Royaume-Uni, il existe une momie qui date de plus de 2100 ans et que les scientifiques ont toujours considérée à tort comme étant une momie de faucon. Cela est dû au fait que lorsque la momie a été retrouvée pour la première fois, les techniques d’imagerie médicale qui existent actuellement n’étaient pas aussi développées pour permettre une étude assez détaillée de celle-ci, or aujourd’hui les experts ont découvert par hasard qu’ils avaient tort.

Publicité

En effet, c’est seulement en 2016 que l’expert en momies et en bioarchéologie Andrew Nelson de l’Université Western a pratiqué des scanners ou tomodensitométries détaillés sur les différentes momies d’animaux de Maidstone Museum, ce qui a permis de découvrir que cette momie égyptienne de plus de deux millénaires n’était pas un oiseau. Andrew Nelson fut surpris par cette découverte et il a fait appel à d’autres experts de spécialités différentes dans le but d’identifier cette momie.

Maidstone Museum.

La triste réalité de la momie “faucon”

Une douzaine d’experts en anatomie, égyptologie, urologie et radiologie ont rejoint le Professeur Andrew Nelson pour étudier les images dont la résolution était la plus haute jamais réalisé sur une momie. Ils ont fini par identifier cette dernière qu’ils ont qualifiée de véritable tragédie familiale, car il s’agissait finalement d’un foetus humain, mâle, dont l’âge ne dépassait pas les 28 semaines de gestation.

Publicité

Ce foetus momifié présentait une importante anomalie congénitale nommée anencéphalie, dans laquelle le cerveau et le crâne ne se développent pas correctement. Actuellement, cette anomalie rare ne touche pas plus de 1% des naissances dans le monde. Elle a été reconnue grâce aux tomodensitométries détaillées qui ont montré sur les images une absence totale de la partie supérieure du crâne et du cerveau, des vertèbres bien formées, mais dont les arcs n’étaient pas fermés et des oreilles situées à l’arrière de la tête.

Il s’agit donc de la seconde momie anencéphale connue jusqu’à ce jour, la première étant découverte en 1826, mais cette nouvelle momie foetale reste de loin la momie la plus étudiée et le Professeur Nelson a présenté les conclusions de toute son équipe sur la vie de la mère du foetus momifié, lors de l’Extraordinaire Congrès Mondial sur l’étude des Momies aux Canaries.

Maidstone Museum.

Ce que nous savons sur la mère

Aujourd’hui, on sait que l’anencéphalie est une malformation congénitale rare touchant surtout le cerveau et le crâne, mais dont la fréquence augmente considérablement chez les personnes qui présentent des carences en acide folique, dit aussi vitamine B9. En effet, il est possible de réduire le risque d’avoir un enfant avec une malformation du cerveau de 1%, rien qu’en incitant les femmes en âge de procréer de prendre 0.4 mg d’acide folique par jour. Nelson et son équipe ont donc obtenu des indices sur le régime alimentaire de la mère de ce foetus momifié qui avait probablement un apport insuffisant en légumes verts, principale source de l’acide folique.

Publicité
Maidstone Museum.

Cependant, la momification de ce foetus né mort soulève d’autres questions selon Nelson car autrefois, les foetus n’étaient momifiés que s’ils étaient considérés comme des talismans en Égypte. Les experts pensent que, voir un bébé naitre mort et avec une apparence anormale, a rendu celui-ci spécial aux yeux de sa mère et des autres, surtout selon les croyances qu’ils avaient à l’époque, d’où sa momification.

 


Partagez l'article

Publicité
>