fbpx

Les gens avec des chats deviennent totalement obsédés par leurs amis félins


Considéré comme l’animal domestique préféré de bon nombre de personnes à travers le monde, le chat a un statut un peu particulier : pour les heureux propriétaires de félins, hors de question de parler d’eux en tant que simples animaux, ils sont des membres à part entière de la famille.

Cette affirmation est tellement vraie qu’une nouvelle étude américaine s’est penchée sur cette passion que ressentent les maitres envers leurs chats : sans l’ombre d’un doute, les humains sont littéralement obsédés par leurs fidèles compagnons, mais cette relation supposée fusionnelle semble malheureusement quelque peu idéalisée…

Quand la passion vire à l’obsession

Menée par Mars Petcare, une société américaine axée sur le bienêtre et l’alimentation des animaux domestiques, une enquête a demandé à pas moins de 1 000 propriétaires de chats de répondre à un questionnaire sur les liens qu’ils entretiennent avec leurs félins.

D’après les résultats du sondage, ils sont au cœur de toutes nos préoccupations, si bien qu’en moyenne, les participants regardent environ 725 photos de chats par an (soit environ deux par jour), et aiment ou partagent 398 posts et commentaires relatifs à ces derniers chaque année.

Aussi, il s’avère qu’ils possèdent approximativement 13 articles et produits en lien avec leur chat (litière, brosse, couverture, jouets, brosse à dents, shampoings, colliers…)

Plus probant encore, sur les 1 000 individus questionnés, 810 d’entre eux ont avoué avoir mis dans leurs favoris un ou plusieurs GIFs, qu’ils visionnent notamment lorsqu’ils se sentent tristes.

Mais ce n’est pas tout : les chats aident près de 54 % des personnes interrogées à diminuer le stress qu’elles ressentent, et 60 % d’entre elles estiment qu’elles se sentent moins seules en leur compagnie.

Enfin, 44 % des participants déclarent avoir un portrait de leur animal de compagnie accroché au mur ou posé sur un meuble, et 47 % postent fréquemment leurs photos sur les réseaux sociaux, et plus particulièrement sur Instagram.

Les gens avec des chats deviennent totalement obsédés par leurs amis félins - psychologie, internet, animaux - stress, Réseau social, Réalité, préoccupations, phénomène, Médecine vétérinaire, Mammifère, Litière, Instagram, Gène, Frustration, Felidae, environnement, Domestication, comportement, Chat, bien être, Anxiété de séparation, Anthropozoologie, Animal sauvage, Animal domestique, Angoisse, amour
Vancouver Film School, Flickr

Un amour pas aussi partagé qu’on le voudrait

Même si 91 % des gens pensent avoir un lien spécial qui les unit à leur(s) chat(s), il n’en est pas de même de leur côté : en effet, une étude anglaise a démontré que nos mammifères préférés n’ont forcément plus besoin de leur propriétaire…

Ainsi, les scientifiques ont analysé le comportement d’une vingtaine de chats avec leurs propriétaires, avant de les déplacer dans un environnement qui leur est totalement inconnu : contre toute attente, aucun signe évident de détresse ou de peur n’a été constaté.

Bien que dans la majorité des cas, un chat qui doit se séparer pour une durée plus ou moins longue de son propriétaire montre quelques signes de réticence, il semblerait que ce phénomène soit davantage de la gêne plutôt que de l’angoisse : « Il semble que ce que nous interprétons comme anxiété de séparation pourrait en réalité être des signes de frustration », déclare le Professeur de Médecine vétérinaire Daniel Mills de l’Université de Bristol.

En outre, le Docteur John Bradshaw de l’Institut d’Anthropozoologie de Bristol rappelle que « contrairement aux chiens, le chat est toujours à mi-chemin entre un animal domestique et un animal sauvage » : ici, il parait évident que ce que l’on peut traduire comme un manque d’amour est en réalité juste leur façon d’être, naturellement.

Après tout, rappelons tout de même que si nos chats restent avec nous tandis qu’ils n’en ressentent pas l’utilité, c’est uniquement parce qu’ils en ont envie, et c’est déjà là certainement une des plus belles preuves d’amour de leur part…