Les microplastiques ont envahi notre environnement depuis bien assez longtemps maintenant pour que nous soyons plus méfiants au quotidien. Nous savons aussi que ces particules sont partout autour de nous (dans les océans, les mers et l’air que nous respirons), mais ce que nous ignorions c’est qu’elles sont en train de s’introduire même dans notre alimentation, et les scientifiques ont très peu d’informations sur le sujet.

Publicité

Le Polypropylène est aujourd’hui utilisé à très grande échelle dans la fabrication des bouteilles à usage alimentaire, telles que les biberons ou les canettes d’eau, car il leur offre la stabilité et la rigidité nécessaires pour être fiables et saines.

Pourtant, une récente étude a révélé que les enfants nourris au biberon à travers la planète risquent d’absorber quotidiennement l’équivalent de 1 million de particules microplastiques.

Publicité

Les chercheurs se sont basés sur un incident tout à fait imprévu d’un collègue qui a remarqué que le contenant en plastique dont il se servait pour cuisiner était soudain devenu plus malléable une fois qu’il y avait versé de l’eau chaude. Voulant vérifier si des microplastiques n’étaient pas diffusés en même temps, ils ont décidé d’effectuer une petite expérience en laboratoire. Les résultats ont confirmé que chaque litre d’eau chauffée dans ce récipient, recevait plus d’un million de microplastiques. Par contre, les liquides à températures ambiantes n’étaient pas sujets au même problème.

Public Domain/Pxhere

Pour en avoir le cœur net, l’équipe a utilisé des biberons en polypropylène pour savoir comment ce genre de produit répondrait à un chauffage répété. Le test a montré 16 millions de particules dans chaque litre d’eau à 70 °C. Et plus la température montait, plus le nombre de particules augmentait.

En étudiant l’évolution de l’utilisation des biberons en polypropylène à travers 48 pays, les experts en sont arrivés à la conclusion que les bébés consomment plus d’un million de particules microplastiques en un jour seulement.

Publicité

Bien qu’ils ne connaissent pas vraiment l’ampleur des dommages encourus pour la santé de l’homme et de l’enfant en particulier, ils recommandent toutefois d’adopter certaines règles susceptibles de limiter l’exposition aux microplastiques pendant cette première phase de la vie de l’individu. L’ajout d’eau fraîche après la stérilisation serait un bon début, ensuite il faudrait éviter de préparer ou de réchauffer le lait de « bébé » dans un récipient plastique. Le micro-onde est fortement déconseillé.

De leur côté, les spécialistes s’attèlent à trouver un moyen de réduire ou d’arrêter complètement le processus de libération de particules ou alternativement, d’adapter des filtres pour les empêcher de se mélanger à notre système de distribution d’eau potable.

Cette recherche ne se veut pas du tout alarmante, mais elle aura peut-être atteint un objectif imprévu, convaincre les femmes du monde entier à nourrir leurs petits au sein ; cela règlerait beaucoup plus de problèmes.

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>