Depuis des années maintenant, les Australiens mangent dans leurs assiettes une espèce de poisson jamais décrite par la littérature scientifique.

Publicité

Jeff Johnson, biologiste spécialiste des poissons du Queensland Museum, avait repéré, au début des années 2000, des photos de pêcheurs montrant un mérou étrange, qui ont attiré son attention. En 2017 il tombe dans un marché à Brisbane sur cinq pièces de ce même poisson.

« En les voyant, j’ai su tout de suite que je suis tombé sur une espèce inconnue, je les ai achetés et je me suis mis au travail pour prouver que c’était une nouvelle espèce », a déclaré Johnson dans un communiqué, en ajoutant avec une pointe d’humour « on m’a dit qu’il était bon ».

Publicité

En étudiant le poisson et en le comparant à d’autres spécimens au laboratoire de biologie moléculaire du Queensland Museum, la Dr Jessica Worthington Wilmer, généticienne, a prouvé qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce.

Le mérou « Epinephelus fuscomarginatus » n’a pas d’apparence particulière flagrante, il semble assez banal et partage d’autres similitudes avec les autres mérous Epinephelus, comme nous l’explique Jeff Johnson. 

La différence se trouve dans le manque de marques sur le corps, et une bordure sombre autour des nageoires, sachant que « fuscomarginatus » signifie « sombre » en latin.

Publicité
Queensland Museum

Après l’analyse de son ADN et en le comparant à l’ADN d’autres espèces similaires, les chercheurs ont conclu qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce, et donc le 92e membre du genre Epinephelus, comme décrit dans la revue Zootaxa.

Ce nouveau mérou est un poisson assez gros, mesurant 70 cm de long, vit à des profondeurs d’environ 220-230 mètres dans la partie centrale de la Grande Barrière de Corail.

Queensland Museum

Le fait de trouver des espèces non connues scientifiquement n’est pas aussi insolite que ça en a l’air, plusieurs cas existent et ça ne remonte pas à si longtemps.

Publicité

En 2011 dans un marché aux poissons à Taiwan, une nouvelle espèce de requin de 90 cm a été découverte, tandis qu’une autre espèce de requin qui n’a pas été observée par les scientifiques depuis plusieurs décennies, a été aperçue l’année dernière dans un marché aux poissons à Mumbai.

En 2010, à Myanmar, un singe d’une espèce inconnue, qui semble éternuer lorsqu’il pleut, très apprécié et convoité par les habitants, a été découvert par des scientifiques lors de sa capture et juste avant de “passer à la marmite”.

La nature garde bien ses secrets, mais il semblerait que notre envie de consommer aide les chercheurs à percer ses mystères.

Publicité

Partagez l'article

Publicité
>