Demi DeHerrera/UNSPLASH

Le monde pourrait perdre la moitié de ses meilleures terres de culture du café dans le cadre d’un scénario de changement climatique modéré. Le Brésil, qui est actuellement le plus grand producteur de café au monde, verra ses terres les plus propices à la culture du café diminuer de 79 %.

C’est l’une des principales conclusions d’une nouvelle étude menée par des scientifiques suisses, qui ont évalué les effets potentiels du changement climatique sur le café, les noix de cajou et les avocats. Ces trois cultures sont importantes pour le commerce mondial et sont principalement produites par de petits exploitants sous les tropiques.

Le café est de loin le plus important avec un revenu attendu de 460 milliards de dollars (344 milliards de livres sterling) en 2022, tandis que les chiffres pour l’avocat et la noix de cajou sont respectivement de 13 et 6 milliards de dollars. Alors que le café sert principalement de boisson stimulante, les avocats et les noix de cajou sont des produits alimentaires largement consommés, riches en huiles végétales monoinsaturées et autres nutriments bénéfiques.

Le principal message à retenir de cette nouvelle étude est que les changements climatiques prévus sont susceptibles d’entraîner une diminution significative de la superficie des terres adaptées à la culture de ces plantes dans certaines des principales régions où elles sont actuellement cultivées. Cela pourrait avoir un impact sur les producteurs et les consommateurs du monde entier.

Jusqu’à présent, la plupart des recherches sur les impacts futurs du changement climatique sur l’alimentation se sont concentrées sur les principales cultures de base telles que le blé, le maïs, les pommes de terre et les oléagineux qui sont cultivés dans les régions tempérées.

Cela reflète la tendance des climatologues à se concentrer sur les impacts potentiellement graves du changement climatique sur les écosystèmes tempérés, notamment en raison de la modification des températures et des précipitations.

Cueilleuse de café de la coopérative salvadorienne de Ciudad Barrios/WIKIMEDIA COMMONS

En revanche, les écosystèmes tropicaux, qui représentent environ 40 % des terres émergées de la planète et où vivent plus de 3 milliards de personnes, ont fait l’objet de moins d’études, alors que l’on s’attend à ce que ce soit le cas d’un milliard de personnes supplémentaires d’ici à 2050.

Les tropiques abritent également de vastes réservoirs de biodiversité, ainsi que des zones de culture de nombreuses plantes importantes qui fournissent des revenus et de la nourriture à leurs énormes populations humaines. Les nouvelles recherches confirment et étendent considérablement les conclusions du nombre relativement restreint d’études existantes sur les cultures de café, de cajou et d’avocat.

Une innovation importante de l’étude consiste à examiner les paramètres des terres et des sols en plus des facteurs purement climatiques tels que la température et les régimes de précipitations. Cela leur permet de fournir une vision plus nuancée des impacts futurs qui pourraient modifier de manière significative l’aptitude de certaines régions tropicales à la culture de certaines plantes en raison de changements dans des facteurs tels que le pH ou la texture du sol.

La nouvelle étude complète d’autres recherches récentes sur le palmier à huile. Bien que controversé et souvent lié à la déforestation, le palmier à huile reste l’une des cultures tropicales les plus importantes en termes de nutrition humaine, contribuant à nourrir plus de 3 milliards de personnes.

« Mes collègues et moi-même avons récemment examiné plusieurs analyses de modélisation de l’impact que le changement climatique pourrait avoir sur l’incidence des maladies et la mortalité globale du palmier à huile ». La conclusion est sans appel : la mortalité des arbres devrait augmenter considérablement après 2050, ce qui pourrait entraîner la disparition d’une grande partie de la culture sur le continent américain.

En outre, l’incidence de la principale maladie de la pourriture de la tige devrait augmenter considérablement dans le sud-est de l’Asie.

Un caféier.
Dang Cong/UNSPLASH

Une ampleur et une complexité surprenantes

Collectivement, ces études commencent à révéler l’étendue et la complexité surprenantes des impacts du changement climatique et des facteurs associés sur certaines des cultures les plus cultivées sous les tropiques. Il est important de noter que les impacts ne seront pas répartis uniformément et que certaines régions pourraient même bénéficier du changement climatique.

Par exemple, certaines parties de la Chine, de l’Argentine et des États-Unis deviendront probablement plus propices à la culture du café, tandis que des pays comme le Brésil et la Colombie verront leurs terres devenir moins propices. Il est probable que bon nombre de ces changements sont désormais « verrouillés » au moins pour le reste de ce siècle, indépendamment de la réponse décevante et lente des dirigeants mondiaux en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Il nous faudra donc nous adapter aux changements en cours dans les tropiques, par exemple en déplaçant la culture de certaines plantes vers d’autres régions où les effets du climat seront plus bénins. Toutefois, il semble probable que, quelles que soient les mesures d’atténuation adoptées, de nombreuses cultures tropicales deviendront plus rares et donc plus chères à l’avenir.

En ce qui concerne le café, il pourrait même passer du statut de boisson quotidienne bon marché à celui de « friandise prisée » à déguster lors d’occasions spéciales, un peu comme un bon vin.


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>