Beaucoup de créatures vivantes sont dotées de caractéristiques très particulières leur permettant de se protéger des aléas de la nature sauvage, pour survivre le plus longtemps possible. Bénies d’avoir une anatomie particulière, certaines réussissent à se camoufler, à repousser leur ennemi ou à résister aux accidents de toute sorte. C’est le cas notamment, de cet insecte incroyable qui pourrait bien vous étonner.

Publicité

Le coléoptère diabolique de fer d’Amérique du Nord, ou Phloeodes diabolicus, à l’apparence d’une pierre noueuse, est connu pour une résistance « à toute épreuve ». Et cela peut parfois lui sauver la vie.

En effet, son exosquelette ultra solide le rend presque invincible sur tous les plans ; ni les attaques des prédateurs ni le piétinement humain ou les roues de voitures ne peuvent en venir à bout.

Publicité

En étudiant les propriétés extraordinaires du cuirassé, David Kisailus, de l’Université de Californie à Irvine, a expliqué que celui-ci compte sur son armure pour compenser son incapacité à s’envoler pour faire face aux péripéties auxquelles il est souvent confronté.

Purdue Engineering/YouTube

Les spécimens que Kisailus et ses collègues ont récoltés dans l’Inland Empire, en Californie, ont été testés dans un premier temps — dans différentes situations de compression sur plaque d’acier. Et ils ont montré qu’ils pouvaient supporter une charge de plus de 149 Newtons, ce qui équivaut à 39 000 fois leurs poids.

Ensuite, différentes techniques comme la spectroscopie, la microscopie électronique à balayage et la tomodensitométrie leur ont permis d’en savoir plus sur les secrets de cette super-coquille.

Publicité

Selon les résultats, publiés dans Nature, la ténacité du scarabée est en partie due à la construction globale de son exosquelette, certes, mais les élytres ont aussi leur rôle à jouer, qui est loin d’être insignifiant.

Il s’agit des ailes antérieures de l’insecte, composées principalement de protéines et de glucose, durcies avec le temps, et qui ont fini par former une armure le long d’une ligne de suture reliant les lames de la structure, comme un puzzle. Ces dernières se sont transformées en une fracturation parallèle en couches, appelée délaminage.

Associé aux microtriches répandues sur les lames, le processus agit ainsi comme un bouclier qui rend la coquille parfaitement incassable.

Publicité

L’intérêt de cette recherche réside dans le fait qu’elle pourrait inspirer la mise en place d’une nouvelle stratégie en matière d’ingénierie, qui offrirait une plus grande durabilité des matériaux.

Cela a déjà commencé avec une fixation de moteur d’avion, conçue à l’image du puzzle en question et qui semble être bien plus coriace que ce que l’on voit de nos jours.


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

>