Faire le ménage souvent revient à fumer un paquet de cigarettes par jour


Faire le ménage souvent revient à fumer un paquet de cigarettes par jour - sante-et-medecine, maladies - travail, tâches ménagères, tabac, suivi, solutions, santé, risques, respiration, recherches, propreté, produits chimiques, prévention, pathologies, nettoyage, métier, ménage, médecine, maladies, maison, irritation, intérieur, hommes, fumer, femmes au foyer, femmes, expériences, études, entretien, effets néfastes, domicile, détergents, coeur, cigarettes, chimie, cardiologie, asthme, agents, achats
Cade Martin, Pixnio

Les tâches ménagères sont souvent associées à un calvaire quotidien dur à supporter. S’il s’agit d’une obligation, indispensable pour conserver son espace vital agréable, dégagé et bien rangé, les personnes concernées s’entendent à dire que c’est souvent agaçant. Pourtant, d’autres, plus positives et même des experts dans le comportement tendent à avancer que faire le ménage diminuerait le stress.

Mais lorsque des chercheurs ont réussi à établir un lien entre le nettoyage et des problèmes respiratoires pouvant avoir de lourdes conséquences sur le long terme, les plus fainéants se voient utiliser cela en guise d’une toute nouvelle excuse, presque infaillible.

Les femmes plus concernées

De nouvelles avancées suggèrent qu’un lien relierait entre irritation et utilisation intensive de produits ménagers. En s’appuyant sur une recherche menée par des scientifiques de l’Université de Bergen, en Norvège, ceux-ci estiment pouvoir apporter des évidences jusque là controversées sur le sujet.

L’étude était significative, car elle prenait en considération plus de 6000 cas. Parmi ces personnes, certaines faisaient du nettoyage domestique leur métier, tels que les agents d’entretien, tandis que d’autres se suffisaient à nettoyer leur intérieur de manière régulière.

Chose importante à noter, tous les volontaires pour l’étude ont été suivis pendant 20 ans afin d’avoir les résultats les plus parlants possible. Nous pouvons dire que ces derniers sont assez effrayants, au vu de la comparaison faite par les chercheurs impliqués dans l’étude : nettoyer une maison en utilisant des produits chimiques équivalait à fumer 20 cigarettes par jour, selon l’étude rapportée au Daily Telegraph.

Le plus intrigant était certainement le fait que les femmes étaient plus touchées que les hommes, surtout concernant le déclin des fonctions respiratoires et de nombreuses irritations des muqueuses. Un pourcentage non négligeable, avoisinant les 40 %, augmenterait également le risque de développer un asthme, essentiellement chez les femmes encore une fois. Le risque étant lié aux effets néfastes des produits de nettoyage.

Tous les efforts fournis par les chercheurs pour tenter de trouver une équivalence chez les hommes étaient sans succès, et cela même chez les agents d’entretien homme ou ceux qui faisaient le ménage régulièrement.

Faire le ménage souvent revient à fumer un paquet de cigarettes par jour - sante-et-medecine, maladies - travail, tâches ménagères, tabac, suivi, solutions, santé, risques, respiration, recherches, propreté, produits chimiques, prévention, pathologies, nettoyage, métier, ménage, médecine, maladies, maison, irritation, intérieur, hommes, fumer, femmes au foyer, femmes, expériences, études, entretien, effets néfastes, domicile, détergents, coeur, cigarettes, chimie, cardiologie, asthme, agents, achats
Electric Tobacconist, Flickr

Bien choisir son produit

« Nous craignions que de tels produits chimiques de nettoyage, en causant de manière régulière des dommages aux voies respiratoires et ce, jour après jour, année après année, pourraient accélérer le déclin de la fonction pulmonaire qui survient avec l’âge. »  a déclaré le Dr Cecile Svans, auteure principale de l’étude.

Les produits chimiques les plus visés, étant les plus irritants, sont l’eau de Javel et l’ammoniac, trouvés dans la composition de nombreux détergents. Selon les experts, leur présence est même rendue totalement non nécessaire, grâce à la survenue des tissus en microfibre capables de désincruster les tâches les plus ardues.

Bien qu’aucune différence n’ait été trouvée entre l’utilisation de produits nettoyants liquides, solides, et ceux en spray, ces derniers doivent être limités, car plus infiltrants et durables dans l’air. Pour justement éviter la propagation d’aérosol et leur persistance au sein de la maison, garder cette dernière bien aérée est une solution clé.