C’est en septembre 2016 que la nouvelle est tombée, la Chine a admis avoir perdu le contrôle de la Station spatiale Tiangong-1, que celle-ci se rapprochait de la terre à une grande vitesse et qu’elle allait inévitablement entrer en atmosphère.

Publicité
Publicité

Aujourd’hui, nous avons une date et une approximation du lieu de la chute des débris, qui portent une substance chimique hautement toxique.

Une entrée en atmosphère durant la première semaine d’Avril

La « Aerospace Corporation » a estimé que la Station spatiale allait entrer en atmosphère durant la première semaine du mois d’avril, plus précisément entre le 24 mars et le 4 avril à 60% de chance.

Publicité

Il y a en effet 20% de chances que cela se produise avant, c’est-à-dire durant le mois de mars, et 20% de chances que cela arrive un peu plus tard que prévu, donc au mois de mai.

Même si le plus gros va brûler au contact de l’atmosphère, il y a de forts risques que la Station spatiale laisse tomber ses débris sur terre.

Publicité

L’endroit de la chute, quant à lui, reste très incertain. En effet, la seule affirmation est que ces derniers atterriront entre les latitudes 43° Nord et 43° Sud, ce qui regroupe un large éventail de pays.

Citons comme exemples le nord de la Chine, le Moyen-Orient, le Nord des États-Unis, ainsi que des zones de l’Amérique et de l’Afrique du Sud.

Publicité

Aerospace rassure toutefois quant à la possibilité d’être touché par un débris, qui est, selon eux, des millions de fois moins probable que gagner le Jackpot au loto.

Publicité

Effectivement, il n’y a qu’une seule personne qui fut touchée par un débris similaire et, heureusement, elle n’a pas été blessée. Ces incidents arrivent approximativement tous les deux ans, mais la raison pour laquelle la Tiangong-1 est surveillée vient du fait qu’elle soit plus grosse et plus dense que toutes les autres.

Hautement toxique, la Station spatiale chinoise Tiangong-1 s'écrasera sur Terre d'ici quelques semaines - sante-et-medecine, espace - Toxique, Station spatiale, risques, maladies, hydrazine, composant, Chine
Rocky Raybell, flickr

Un composant toxique

Le réel danger que portent ces débris est l’hydrazine (N2H4). D’une part, il s’agit d’une substance chimique utilisée dans les carburants de fusées et d’autre part, elle est hautement toxique et corrosive.

Publicité

Il a même été prouvé, après des tests sur des rongeurs, qu’elle pouvait causer des cancers chez l’Homme, notamment une tumeur des poumons, des cavités nasales, et du foie. De ce fait, la surveillance de la chute de ces débris est d’une importance capitale.

Publicité

Selon la United States Environmental Protection Agency, une forte exposition durant une courte durée à l’hydrazine provoque des symptômes tels que l’irritation du nez, de la gorge ainsi que des yeux.

Elle provoque également des sensations de vertiges, des maux de tête, des œdèmes pulmonaires, et va même jusqu’aux crises d’épilepsie, voire au coma.

Publicité

Une exposition durant une durée prolongée est nettement plus grave, endommageant le foie, les reins, ainsi que le système nerveux central. De plus, un contact de la peau avec le liquide peut provoquer une dermatite, de par le fait qu’il soit corrosif.

La Tiangong-1 était pourtant bien partie, de par son nom signifiant « Palais Céleste », était censé être un puissant symbole politique pour la Chine.


Publicité