Il est parfaitement admissible que certains gagnent de l’argent en travaillant, en plaçant leur capital dans une affaire quelconque, ou même en jouant simplement à la loterie. Mais ce qui est plutôt difficile à digérer, c’est que l’on puisse se faire de l’argent grâce à cette crise sanitaire qui ravage le monde entier depuis maintenant plusieurs mois.

Publicité

Naturellement, on se demande comment le COVID-19 a bien pu devenir une source de revenus…

Un parcours étonnant

Cela a bien profité à plusieurs personnes, dont Timothy Springer, biologiste à Harvard. En effet, cet entrepreneur est devenu milliardaire grâce à son investissement datant d’une dizaine d’années.

Publicité

Springer avait parié sur Moderna, une jeune entreprise de biotechnologie, et dont les actions ont connu une hausse considérable et inattendue depuis que ses laboratoires ont commencé à tester un vaccin COVID-19 sur les humains.

Outre sa participation très active dans trois autres sociétés du même domaine (Selecta Biosciences, Scholar Rock et Morphic Therapeutic), le scientifique possède 3,5 % de Moderna, dont il a été le cofondateur en 2010, en investissant 5 millions de dollars. Il est également professeur de chimie biologique et de pharmacologie moléculaire, à la Harvard Medical School.

Il avait fondé la LeukoSite, qu’il a ensuite vendue à Millennium Pharmaceuticals pour une somme de 635 millions de dollars. Ce qui lui a valu l’équivalent de 100 millions de dollars en actions de cette affaire.

Publicité

Par ailleurs, sa découverte de molécules liées à la fonction lymphocytaire a aidé à créer des médicaments à base d’anticorps que la Food and Drug Administration des États-Unis (FDA) avait homologués.

Timothy A. Springer, Ph.D.

L’homme d’affaires explique comment il a anticipé le scénario actuel de la pandémie COVID-19, par la fabrication de vaccins contre toute sorte de grippes en s’appuyant sur la technologie d’ARNm, avant même la propagation vertigineuse du virus.

Un milliardaire très généreux

Ce qui est plutôt impressionnant concernant ce riche biologiste, c’est qu’il a su rester très simple dans sa vie de tous les jours. Sa fortune ne l’a pas détourné de sa vocation académique ni de ses loisirs quotidiens. Sa vie n’est, en effet, pas très différente de celle de n’importe quel citoyen ordinaire.

Publicité

Il semblerait, donc, que la fortune n’a d’intérêt aux yeux de Springer que dans la mesure où il peut la mettre au service de la science. Son don de 10 millions de dollars à l’Institute for Protein Innovation, est la preuve de son engagement envers la recherche biotechnologique.

Il affirme ainsi sa foi en ce secteur, qui selon lui s’impose, désormais, comme indiscutable allié dans l’effort mondial pour la recherche scientifique. Et c’est la raison pour laquelle son essor ne fera qu’évoluer même après la fin de l’épidémie.

Certains se diront — à juste titre — indignés par le fait que l’on puisse tirer profit d’un contexte aussi tragique, cependant, il faut se rendre à l’évidence que c’est l’argent qui fait tourner le monde. On ne peut que se consoler, en se disant qu’au passage, ces businessmen auront aussi contribué à sauver des vies en se remplissant les poches !

Publicité


Partagez l'article

Contenu Sponsorisé

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.