La gestion et le traitement des déchets sont devenus un véritable enjeu environnemental et économique. Les volumes de déchets produits par les ménages et les usines ne cessent de se multiplier.

Publicité

Cela représente un défi pour les chercheurs qui viennent tout juste de mettre au point un nouveau procédé pour remédier à ce problème.  

En effet, James Tour, chimiste au laboratoire de l’Université Rice à Houston aux États-Unis, est parvenu à convertir de grandes quantités de détritus en flocons de graphène précieux.

Transformation du carbone en graphène / Rice University

Le scientifique affirme qu’en plus d’être très rapide, cette technique est bon marché et permet de transformer en graphène une tonne de plastique, de déchets alimentaires ou encore de charbon. Cette méthode est efficace sur tout solide à base de carbone, dont le plastique et le caoutchouc.

Dans l’étude publiée dans la revue Nature, les experts expliquent en détail comment le graphène flash est fabriqué. Notons qu’il s’agit d’un matériau fin, résistant, transparent et doté de propriétés hors-normes.

Le prix d’une tonne de graphène peut actuellement atteindre les 180 000 euros. Vu cette somme assez élevée, la technique mise au point par James Tour et son équipe ouvre de superbes perspectives. 

Selon lui, les exploitations possibles du graphène sont nombreuses et contribuent, entre autres, à la protection de l’environnement. Il cite l’exemple de la production de ciment qui dégage chaque année près de 8 % de dioxyde de carbone, alors que l’ajout d’une infime concentration de graphène (environ 0,1 %) serait en mesure d’amoindrir d’un tiers ces émissions. 

Lier le béton en se servant de graphène permet également de diminuer la quantité de l’aggloméré utilisée pour la construction. De plus, les coûts de fabrication et de transport seront considérablement réduits.

Le scientifique continue en assurant que le graphène obtenu après la conversion des déchets à base de carbone donné lieu à scénario gagnant-gagnant aussi bien en termes de protection de l’environnement qu’en matière de baisse des prix. 

Rouzbeh Shahsavari / C-Crete Group

Rouzbeh Shahsavari, co-auteur de l’étude et Professeur adjoint de génie civil et environnemental et de science des matériaux et de nano-ingénierie de l’Université Rice, soutient que le procédé de transformation des détritus en flocons de graphène constitue un élément clé pour l’économie circulaire mondiale.


Partagez l'article

>