Depuis décembre 2019, tout le corps médical à travers le Monde s’est attelé à combattre un nouveau virus qui a causé une vraie vague d’inquiétude. Désormais classé comme étant une pandémie, nous n’avons, à l’heure actuelle, toujours pas de cure pour mettre fin à ce fléau.

Publicité

Mais avant de trouver un remède à un virus, la première étape consiste forcément d’en comprendre parfaitement le fonctionnement. 

Les scientifiques qui se sont penchés sur l’étude ont découvert qu’il s’agissait en fait de la liaison qui se créait entre les protéines spéculaires S à la surface du virus et les cellules pulmonaires. 

Avec plus de 110 000 guérisons, notre système immunitaire est jusqu’à présent le meilleur exemple à suivre afin de combattre le COVID-19.

Des médecins australiens ont enfin compris la façon dont notre corps faisait face à l’infection. Ce cheminement est le premier en son genre dans la recherche médicale.

Katherine Kedzierska, Professeure et Chercheuse à l’Université de Melbourne, explique qu’un patient présentant des symptômes modérés a fait l’objet de leur étude. 

Ils ont très vite remarqué une forte réponse du système immunitaire avant même qu’il soit cliniquement pris en charge. Et, trois jours après, le sujet était totalement rétabli.

système immunitaire
Cartographie de la réponse immunitaire/K. Kedzierska

Cela a amené l’équipe à s’intéresser au développement du virus à l’intérieur de corps humain, de l’infection à la guérison.

Kedzierska et ses collègues ont observé la formation de quatre différents types de groupes cellulaires tout au long de l’opération. Elle les compare à celles qui naissent lorsqu’un patient est atteint d’influenza.

Publicité

Autre point à noter, la gravité plus ou moins variable des symptômes manifestés par le malade en fonction de son âge, et de son état de santé général avant la contamination. En effet, plus il est âgé, plus les symptômes sont sévères et l’infection aiguë. 

À contrario, les enfants et adolescents atteints sont ceux qui en ont présenté le moins et qui ont été les plus efficaces pour s’en débarrasser. Les pathologies chroniques interfèrent quant à elles, quel que soit l’âge de la personne.

À présent, la priorité serait d’essayer de créer un remède qui reproduirait le processus naturel que suit un système immunitaire dans les meilleures conditions possibles pour exterminer le coronavirus dans l’organisme.

Les experts disent qu’il s’agira très certainement d’un antibiotique, chose sur laquelle ils œuvrent activement. 


Partagez l'article

>