Une toute nouvelle technique de filtration de l’eau a été récemment découverte par des scientifiques. Ce procédé a toutes ses chances de servir à un grand nombre de technologues comme les unités de dessalement d’eau.

Publicité

L’équipe à l’origine de cette découverte majeure est dirigée par le Professeur Manish Kumar de l’Université du Texas. Les conclusions de cette étude ont été publiées dans la revue Nature Nanotechnology.

La particularité de cette recherche vient du fait qu’elle soit inspirée de la façon dont les cellules humaines transportent l’eau dans notre organisme.

La volonté initiale des chercheurs était de créer des canaux artificiels ayant pour fonction de transporter l’eau via des membranes.

Les scientifiques avaient pour but de reproduire le rôle des protéines membranaires qui forment des pores accessibles aux molécules d’eau qui sont appelées aquaporines.

Celles-ci sont situées dans quelques cellules humaines et constituent un système de filtration d’eau naturel aussi rapide qu’efficace.

Les aquaporines se trouvent en grande quantité dans les cellules d’organes qui sollicitent les plus grandes quantités d’eau, à savoir les poumons, les reins et les yeux.

Les canaux d’eau artificiels permettent une perméation rapide et sélective. Erik Zumalt, Cockrell School of Engineering, Université du Texas à Austin

L’équipe de Manish Kumar est composée de chercheurs multidisciplinaires venus de plusieurs universités différentes comme celle d’Austin, celle du Tennessee, de Fudan ou encre de l’Illinois.

Tout ce beau monde n’a finalement pas été en mesure d’imiter le fonctionnement des aquaporines comme il était prévu au départ. Toutefois, ces scientifiques ont pu découvrir un autre système de filtration d’eau tout aussi efficace, si ce n’est plus !

En effet, l’équipe de chercheurs a pu mettre au point des membranes qui sont dans l’impossibilité de fonctionner seules, ce qui n’est pas le cas des aquaporines. Ces dernières sont des cellules individuelles qui peuvent opérer seules.

En essayant de reproduire le fonctionnement de l’organisme humain qui est d’ailleurs très difficilement imitable, l’équipe a découvert une technique dont l’efficacité est nettement supérieure aux résultats initialement espérés par les chercheurs.

Cependant, M. Kumar déclare que c’est la façon dont l’eau est transportée dans notre corps qui a été le point de départ de cette découverte majeure.

Toujours selon Kumar, bien que cette découverte fût totalement fortuite, elle est survenue suite à des nombreuses années de recherche.

C’est donc grâce à la complexité du processus de transport d’eau dans le corps humain que les scientifiques ont été capables de développer une telle méthode de filtration d’eau qui reste malgré tout inspirée de la nature.

Les membranes artificielles développées par l’équipe de Kumar sont des molécules d’eau qui ont été connectées de façon très dense pour créer des fils d’eau.

Une multitude de réseaux de fils d’eau a ensuite été élaborée suite à la combinaison de toutes ces molécules d’eau.

Ces canaux pourraient, dans un futur proche, être très efficaces pour séparer le sel de l’eau, les techniques de filtration étant actuellement très coûteuses. Les réseaux de membranes mis au point par ces chercheurs se sont avérés particulièrement performants dans la production d’un sel de qualité comparé aux processus de dessalement déjà existants.


Partagez l'article

>