Une histoire plus que surprenante, alliant hasard et bonne étoile, vient nous apprendre comment une jeune femme a été sauvée d’une mort certaine.

Publicité

Son cœur s’est arrêté de battre pendant 6 heures, fort heureusement, une équipe médicale a réussi à la ressusciter grâce à une multitude de coïncidences.

Des médecins de l’hôpital Vall d’Hebron à Barcelone, en Espagne, ont annoncé jeudi passé qu’ils ont réanimé un des cas d’arrêts cardiaques les plus longs jamais enregistrés.

Publicité

Audrey Schoeman, une enseignante de 34 ans originaire de Grande-Bretagne et résidente en Espagne, a frôlé la mort lors d’une randonnée pédestre.

Une tempête de neige a frappé les Pyrénées du nord de l’Espagne provoquant une hypothermie sévère chez Audrey, qui lui a paradoxalement sauvé la vie.

Le matin du 3 novembre, Audrey et un groupe d’amis ont entamé une randonnée, mais le temps a commencé à se détériorer.

Publicité

Bien qu’elle ne se rappelle de rien, son mari Rohan a remarqué qu’elle se comportait d’une façon inhabituelle et a parlé d’une « manière étrange et confuse ». Elle a soudainement perdu connaissance et cessa de bouger en début d’après-midi.

Rohan et ses amis ont alerté les services d’urgences à 13 h 36, heure locale. Cependant, en raison du mauvais temps et de l’éloignement, ils n’ont pu arriver sur les lieux que deux heures plus tard.

Sa température corporelle avait chuté à 18 °C (64,4 °F) pendant qu’elle se faisait transporter à l’hôpital par avion.

Publicité

Son médecin, Eduard Argudo, a déclaré dans un communiqué : « Il semblait qu’elle était morte, mais nous savions qu’Audrey avait une chance de survivre grâce à l’hypothermie. »

Photo de Reuters

L’hôpital étant équipé d’une machine d’oxygénation par membrane extracorporelle (ECMO), qui remplace temporairement la fonction pulmonaire et/ou cardiaque, en retirant le sang de l’organisme du patient puis en le pompant avec de l’oxygène et le faisant circuler dans le corps.

La température corporelle très basse causée par l’hypothermie a favorisé la préservation de ses organes et son cerveau d’une détérioration rapide et de subir d’autres dommages importants.

Publicité

Dr Argudo explique : « L’hypothermie était sur le point de tuer la patiente, mais elle l’a également sauvé, car son corps et plus particulièrement son cerveau ne s’est pas détérioré. Si toutefois, elle avait subi un arrêt cardiaque avec une température corporelle normale et pendant si longtemps, nous aurions perdu Audrey. Mais nous avions une chance de la sauver grâce à l’hypothermie en utilisant l’ECMO. »

Connecté à l’ECMO, son cœur est resté des heures sans battre, néanmoins, sa température augmentait progressivement jusqu’à atteindre, vers 21 h 45, une température corporelle suffisamment élevée pour que les médecins réalisent un choc électrique à l’aide d’un défibrillateur faisant ainsi fonctionner son cœur.

« Et c’est arrivé comme ça : son cœur a recommencé à battre à nouveau de façon autonome », dit le Dr Argudo.

Publicité

Bien évidemment, Audrey ne s’est pas rétablie immédiatement des dommages qu’ont subis ses organes. Pourtant, elle a pu sortir de l’hôpital 12 jours après avoir reçu des soins intensifs avec seulement quelques séquelles telles qu’une sensibilité aux mains causée par l’hypothermie.

Elle a déclaré à la chaîne de télévision catalane TV3 : « C’est un miracle qui a eu lieu grâce aux médecins. »

Il est important de souligner que le plus long arrêt cardiaque jamais enregistré est de 6 h 52 minutes et la patiente a également retrouvé toutes ses fonctions grâce à l’hypothermie.

Publicité

Partagez l'article

Publicité
>