fbpx

Coloniser Mars est une très mauvais idée. Voici pourquoi nous devons le faire quand même


Coloniser Mars est une très mauvais idée. Voici pourquoi nous devons le faire quand même - technologie, espace - vie, Utopie, Toxicologie, Terraformation, technologie, Scepticisme (philosophie), Rêve, radioactivité, Progrès, Mars (planète), La Conquête de Mars, Idée, humanité, être humain, Espérance de vie humaine, Elon Musk, désert, Degré Celsius, Colonisation, Atmosphère terrestre
Wikipédia Commons.

Depuis la découverte de la planète Mars, l’être humain s’est fixé comme objectif de s’y installer dès qu’il en aura l’occasion et la technologie nécessaire pour y parvenir.

Si certains voient cette idée comme un rêve d’enfant bientôt prêt à se réaliser, d’autres, plus sceptiques, pensent que nous n’en sortirons jamais vivants.

Compte tenu de sa proximité avec la Terre, il est vrai que la question de la colonisation de la planète rouge est on ne peut plus intéressante.

Cependant, pour l’instant, il semblerait que celle-ci ne comporte que des inconvénients et ne serait utile que pour une seule bonne raison…

Un protocole compliqué à mettre en application

Bien que Elon Musk, fondateur de l’entreprise astronautique SpaceX, met tout en œuvre pour réaliser ce projet qui lui tient tant à cœur, partir à la conquête de Mars n’est pas forcément un objectif simple à atteindre.

En effet, sa terraformation (autrement dit sa viabilisation) est particulièrement délicate, et ce pour plusieurs motifs.

Même s’il ressemble davantage à un gigantesque désert terrien qu’à une zone complètement inhabitable, notamment avec ses eaux souterraines, ses lunes ou encore ses calottes polaires, le sol martien est loin d’être accueillant.

Radioactif, donc hautement toxique, s’y balader relève de l’ordre de l’utopie, sans compter qu’il nous est impossible d’y respirer, car son atmosphère est composée de 96 % de dioxyde de carbone.

Coloniser Mars est une très mauvais idée. Voici pourquoi nous devons le faire quand même - technologie, espace - vie, Utopie, Toxicologie, Terraformation, technologie, Scepticisme (philosophie), Rêve, radioactivité, Progrès, Mars (planète), La Conquête de Mars, Idée, humanité, être humain, Espérance de vie humaine, Elon Musk, désert, Degré Celsius, Colonisation, Atmosphère terrestre
NASA/JPL-Caltech/MSSS, Wikipedia Commons

En outre, le rayonnement solaire étant très faible sur Mars, il y fait très froid si bien que la température moyenne y est évaluée à environ -66 degrés.

De ce fait, à moins de créer une atmosphère artificielle avec des gaz rapportés de notre planète et de construire des habitations pressurisées sans jamais mettre le nez dehors et qui ne possèdent pas de fenêtres, il y a peu de chances pour que nous puissions, du moins à l’heure actuelle, vivre décemment sur Mars.

Et quand bien même il serait possible de rester cloitrés et laisser des milliers de robots faire tout le travail extérieur à notre place, ces derniers ne tarderaient pas à tomber en panne les uns après les autres à cause de la concentration en poussière et de son atmosphère chargée en électricité statique…

Un seul avantage, certes, mais à ne pas négliger malgré tout

La liste des désavantages à aller habiter sur Mars est encore longue, mais au-delà de tous ces obstacles subsiste quand même un atout, et pas des moindres.

Évidemment, il n’est pas envisageable ni utile dans un avenir tout proche, mais d’ici les quelques siècles ou millénaires à venir. Lorsque l’humanité sera trop nombreuse pour continuer à peupler la Terre, aller vivre sur la planète rouge sera très certainement notre meilleure option.

Coloniser Mars est une très mauvais idée. Voici pourquoi nous devons le faire quand même - technologie, espace - vie, Utopie, Toxicologie, Terraformation, technologie, Scepticisme (philosophie), Rêve, radioactivité, Progrès, Mars (planète), La Conquête de Mars, Idée, humanité, être humain, Espérance de vie humaine, Elon Musk, désert, Degré Celsius, Colonisation, Atmosphère terrestre
Mars Ice House, Wikipedia Commons

Avec le progrès incessant de la médecine depuis le début de l’humanité, tout porte à croire que l’espérance de vie de notre espèce continuera d’augmenter par le futur.

Mais si nous manquons de place (et, à fortiori, de nourriture, de foyers, d’eau…) sur notre propre planète, ce développement n’aura, finalement, aucun intérêt sur le long terme.

Par ailleurs, coloniser Mars nous permettra sans aucun doute d’aller à la rencontre d’un nouveau mode de vie, où la violence et la faim n’auront pas lieu d’être.

Aujourd’hui rongés par les crises économiques, démographiques, desquelles découlent divers autres problèmes majeurs (de logement, de maladies, de famine…), nous avons du mal à nous concentrer sur ce qui nous anime.

Peut-être que si nous arrivons à tout recommencer à zéro ailleurs, nous serons tentés de cohabiter paisiblement, n’ayant pour but que le partage des connaissances, des biens et des ressources…